« Miss Dammann » de Dammann Frères…

Goûté lors du fantastique Dammann Day, je me le suis très vite offert parce que c’est une réussite totale !

C’est un merveilleux thé vert aux notes de gingembre, citron et fruit de la passion.
Tout pour me plaire en terme d’arômes…
D’une élégance folle, tout aussi rafraîchissant que réconfortant, il est désormais à mes yeux un fleuron emblématique de la maison.

Idem, je vous conseille vivement la confiture de la même appellation qui régalera vos tartines et votre palais et qui est disponible depuis peu.

Belle dégustation à tous !

img_7943

Box « Tea & DYE » d’Envouthé

Très en retard je suis.

Cela étant dit, cette Box de juillet « Tea & DYE » n’était pas la meilleure de l’année (à mon goût) !

Côté création d’Envouthé, « Houaïlou » (rooibos au litchi et à la rose) est bon mais ne m’a pas retournée (mélange déjà connu).

Le « Bali » de Dammann Frères (thé vert Sencha de Chine, jasmin, litchi, pamplemousse, pêche de vigne et rose), je le connais depuis des années…

Le Earl Grey de Nina’s n’est pas une première non plus et c’est même Envouthé qui me l’avait fait tester…

« Douceur tropicale » des Saisons du thé (thé vert de Chine, fruits exotiques, mangue et fleurs) a été, lui, une vraie surprise plutôt intéressante à froid mais sans faire waouh non plus.

J’avoue ne toujours pas avoir goûté le « Thé des Açores » de Towt, le seul qui pousse en Europe. A suivre !

En conclusion, je n’ai malheureusement pas fait la danse de la joie à sa réception.

Tea Brunch made in George Cannon…

Samedi dernier, j’ai testé le Tea Brunch à mon QG, c’est-à-dire à l’Essence du Thé – George Cannon

Et je peux vous affirmer qu’il est assurément aussi bon que les déjeuners ou les Tea Time qu’ils proposent !

Au menu du jour :
En guise de thé d’accueil à mon arrivée : un Oolong du Vietnam
(remarquable !).
Dans l’assiette :
– 3 scones au gruyère
– une chantilly à la brebis
– une compotée de tomates cerise au thé Quimen
– un oeuf marbré au thé Pu’erh sur un lit de salade, de pousses de soja et de tomates
– un thé (j’ai choisi pour ma part l’Ecole de Shanghai : un Oolong de Chine, aux baies de Goji, à l’églantier, au chrysanthème, et aux agrumes que j’ai bien apprécié)
– dessert : un tapioca au matcha avec deux petits morceaux de coookies (un au matcha et l’autre au chocolat). Une alliance de saveurs sublimes.

Comme vous pouvez le constater, ce fût très complet.
Des saveurs gourmandes et théinées d’un délice absolu…
Alors oui, j’en redemande, forcément.

Belle dégustation à tous !

Pour ceux qui en douteraient :
Non je n’ai pas de parts chez eux.
Oui il m’arrive de ne pas apprécier certains de leurs thés (c’est rare mais cela est arrivé).
Vous le savez j’adore cette maison, mais je peux vous assurer que je reste objective quoi qu’il en soit.

L’Essence du Thé
12 rue Notre Dame des Champs
75006 Paris
01 53 63 05 43 (réservation conseillée)

« Michèle Chast, sculpteur de l’âme »

J’ai découvert l’Artiste dans le cabinet de mon médecin, son mari.
Je l’ai ensuite suivie sur les réseaux sociaux afin d’appréhender son univers, qui est multiple.
Le vernissage de sa toute dernière exposition en date à Paris samedi dernier m’a permis de la rencontrer et de pouvoir admirer une partie de ses oeuvres.

J’ai envie de dire à brûle-pourpoint que de la simplicité et de la sympathie de Michèle Chast naît la beauté à l’état pur.
Chez elle, point de fioritures !
Elle sait faire vivre admirablement la matière, que ce soit la cire « lisse » et le bronze « martelé ».
Les corps en mouvement jouent et dansent avec la lumière et les glaces de la Galerie Martel-Greiner qui signe là une merveilleuse mise en scène.

Le spectacle artistique se déroule 71 boulevard Raspail dans le VIe à Paris.
Vous avez jusqu’à samedi prochain pour aller admirer ses créations qui m’ont particulièrement émue par leur force et leur délicatesse.

Une femme inspirée, et inspirante…

Pour information d’importance à mes yeux, Michèle Chast met un point d’honneur à travailler avec une Fonderie d’Art française et est présente à toute les étapes de la fabrication.

« Vous » de Dominique-Emmanuel Blanchard…

Note de l’éditeur :

« Je crois que je n’ai jamais cessé de vous chercher, que je vous ai cherchée toute ma vie à travers vous et vous encore, je crois que j’ai tenté, follement, de prolonger cet amour que j’avais pour vous.  » Vous, c’est elle, moi, nous, des femmes que l’on a aimées.

Parfois, on leur écrit des lettres qu’on se gardera d’envoyer jusqu’au jour où on en fait un livre…

Autant de chapitres que de femmes.
Autant d’histoires que de femmes.
Autant de mots que de femmes.

Ni tout à fait les mêmes.
Ni tout à fait d’autres.

Des phrases courtes, autant répétitives sur la forme que différentes sur le fond qui font de ce livre un roman peu commun en la matière sur un sujet pourtant moult fois traité dans la littérature et pour lequel on voudrait tout à la fois être et ne pas être ce « vous » si ………………….. insaisissable.

Belle lecture à tous !

img_7912

Editions Felicia-France Doumayrenc