« MA » rencontre avec Paul Auster…

C’était hier.
Et c’était formidable.
Un beau moment de littérature et de partage !

Entre lectures de quelques extraits de son dernier roman « 4 3 2 1 » (en anglais par lui, en français par François Busnel), réponses passionnantes et rires à l’évocation de certains souvenirs qui visiblement lui faisaient plaisir, j’ai passé une très belle après-midi au Théâtre du Rond-Point avec Séverine du blog Blablablamia.
Nous l’aurions bien écouté davantage…

Alors oui, étant donné le monde, il n’a pas pu faire de dédicaces personnalisées.
Mais j’ai vécu quelque chose de magique quelque part, l’espace de quelques secondes que je vous partage ici :
Il a pris mon livre.
Il l’a signé.
Il allait me le redonner lorsqu’il voit le dos complètement cassé.
Lui (la tête levée tout sourire): but you really (ou already) read it?!
Moi : Yes of course… Thanks a lot!
Lui : thanks a lot too! 
Un court échange certes, mais qui a eu le mérite d’exister et dont je me souviendrai…

Et si…….. ?
Non non, je n’ai pas rêvé ! 

Voilà.
Le 13 janvier 2018 j’ai vu, j’ai écouté et j’ai parlé à Paul Auster.

« La Princesse de Montpensier » de Madame de Lafayette…

Se replonger dans les Classiques grâce au Reading Classics Challenge 2018 fait du bien, beaucoup de bien !

Tout d’abord côté écriture : retrouver les belles Lettres de naguère bien qu’un tant soit peu surannées est un vrai bonheur. Vraiment ! Je regrette que notre si belle langue se fracasse un peu trop sur l’autel de la rue et des dérives contemporaines. Il ne faut pas jamais l’oublier, il faut absolument la faire perdurer.
Ensuite côté Histoire : se frotter de nouveau à celle de France est une bonne piqure de rappel. On oublie malheureusement vite les faits que l’on ne côtoie plus assez. Même si Madame de Lafayette prend quelques libertés non négligeables.

Cette lecture m’a remémorée certains souvenirs. Toujours présents. Parfois un peu douloureux même si je ne regrette rien concernant mon parcours.
Fût un temps je caressais l’espoir d’aller étudier les Lettres Classiques à la Sorbonne (où j’avais été prise) pour devenir Professeur. Je ferai finalement mon Droit…

Nouvelle qui date de 1662, on y croise outre la Princesse le Duc de Guise, le Comte de Chabannes, le Duc d’Anjou et j’en passe…
Elle relate le destin tragique de Mademoiselle de Mézières sur fonds de passions, de devoirs, de rivalités politiques…

Belle lecture à tous !

Note de l’éditeur (Livre de Poche) :

A la fin de la Renaissance, le duc de Guise s’éprend de Mlle de Mézières. Mais bien qu’elle l’aime aussi, la jeune fille est contrainte d’épouser le prince de Montpensier. Trois ans plus tard, un jour qu’il a perdu son chemin près du château de la princesse, le duc la rencontre au bord d’une rivière où elle est venue se reposer : elle rougit à sa vue, et lui-même comprend aussitôt que sa propre passion n’est pas morte.

« Fugitive parce que Reine » de Violaine Huisman…

Hier a paru aux Editions Gallimard un très bon premier roman : « Fugitive parce que Reine » de Violaine Huisman que j’ai eu la chance de pouvoir lire avant (merci à C.D qui se reconnaîtra).

Dès sa réception (surprise), j’ai trouvé d’emblée le titre de bonne augure parce que très beau.

« Une fois qu’un être s’est compris lui-même,
il peut comprendre tous les humains » 

Et dès l’entrée dans les lignes, j’ai su très vite que c’était un livre qui allait (me) marquer…

Non seulement par l’histoire (l’amour maternel quoi qu’il arrive, quoi qu’il est dit et l’amour filial malgré les imperfections de cette mère parce qu’elle fait de son mieux : deux amours permanents, constants, inconditionnels) mais aussi par la construction que j’ai trouvée originale (point de vue des filles, biographie de la mère puis la mort de celle-ci) et l’écriture (aussi douce et bienveillante que « brut de décoffrage »).

Portrait d’une femme aussi beau que tragique,  mère aimée adorée à qui  l’on pardonne tout, ce roman ne pourra pas vous laisser indifférent de par ces qualités indéniables et je prédis à ce nouvel écrivain un bel avenir.

« Maman !
Je t’aime, maman chérie !
Je t’aime à la folie pour toute la vie et pour l’éternité du monde entier. »

Belle lecture à tous !

Note de l’éditeur (Gallimard) :

« Maman était une force de la nature et elle avait une patience très limitée pour les jérémiades de gamines douillettes. Nos plaies, elle les désinfectait à l’alcool à 90 °, le Mercurochrome apparemment était pour les enfants gâtés. Et puis il y avait l’éther, dans ce flacon d’un bleu céruléen comme la sphère vespérale. Cette couleur était la sienne, cette profondeur du bleu sombre où se perd le coup de poing lancé contre Dieu.»

Ce premier roman raconte l’amour inconditionnel liant une mère à ses filles, malgré ses fêlures et sa défaillance. Mais l’écriture poétique et sulfureuse de Violaine Huisman porte aussi la voix déchirante d’une femme, une femme avant tout, qui n’a jamais cessé d’affirmer son droit à une vie rêvée, à la liberté.

« 4 3 2 1 » de Paul Auster…

Alors alors, que vaut le dernier Paul Auster ?

Tout d’abord, il faut que vous sachiez deux choses importantes sur « 4 3 2 1 » :
– il pèse 1,259 kg ! Oui, oui, vous avez bien lu… Au début je l’ai promené avec moi dans les transports mais franchement là, et ce n’est pas dans mes habitudes, je vous recommande de le prendre en ebook sur liseuse parce qu’il est lourd et ce même pour chez soi sur le canapé.
– il comporte 1 016 pages ! Oui, oui, vous avez bien lu aussi… Pour ceux qui aiment se plonger dans plusieurs ouvrages à la fois ou qui pensent s’arrêter pour faire autre chose, je vous le déconseille. Ce qui fait l’essence même de ce roman fait qu’il vaut mieux se l’enfiler d’une traite au risque de ne plus savoir qui on est ni où on crèche ! Alors préparez vos yeux et votre tête en conséquence. Perso, cela m’a pris le week-end mais j’étais motivée par la rencontre de samedi.
Et puis la nouvelle sélection des livres du Grand Prix des Lectrices ELLE 2018 va me parvenir donc, je n’avais pas trop le choix pour ne pas prendre de retard…

Et donc et donc…….. sinon ?

Cela faisait sept ans que l’écrivain n’avait rien proposé à ses lecteurs.
Avec ce quinzième roman, nul doute qu’il fait un retour remarqué !

Que serait devenue votre vie si … ?

Voici la question que pose ce livre.

L’écrivain nous propose quatre versions de la vie d’Archibald, ponctuées toutefois de quelques éléments persistants (Amy, l’écriture…).

1.0
1.1
1.2
1.3
1.4

Ou comment une circonstance, complètement anodine, peut bouleverser une existence…

A quel point cela ressemble à Paul Auster lui-même ?
Nous sommes en droit de nous poser la question laquelle, je l’espère, sera abordée à La Grande Librairie jeudi soir ou lors de la rencontre orchestrée par François Busnel à laquelle je vais assister samedi au Théâtre du Rond-Point.

Ce livre m’a fait penser à un film que j’avais beaucoup aimé et qui m’avait marquée en son temps (1998) : « Slinding Doors » (« Pile ou face » en français).
On peut aussi faire un parallèle (sans doute facile mais pas si idiot que ça à la réflexion à mon avis) avec un autre film que j’adore : « Forrest Gump ».
Pourquoi ? Eh bien lisez-le et vous comprendrez certainement à quoi je fais allusion !

Je suis loin d’avoir découvert toute l’oeuvre de l’écrivain.
En revanche je peux affirmer et je pense que je ne serai pas la seule à le dire que c’est un roman qui marquera par la force littéraire qui s’en dégage tant du point de l’histoire que de la construction et de l’écriture.

Belle lecture à tous !

Note de l’éditeur (Actes Sud) :

À en croire la légende familiale, le grand-père nommé Isaac Reznikoff quitta un jour à pied sa ville natale de Minsk avec cent roubles cousus dans la doublure de sa veste, passa Varsovie puis Berlin, atteignit Ham- bourg et s’embarqua sur l’Impératrice de Chine qui franchit l’Atlantique en essuyant plusieurs tempêtes, puis jeta l’ancre dans le port de New York au tout premier jour du XXe siècle. À Ellis Island, par une de ces bifurcations du destin chères à l’auteur, le nouvel arrivant fut rebaptisé Ferguson. Dès lors, en quatre variations biographiques qui se conjuguent, Paul Auster décline les parcours des quatre possibilités du petit-fils de l’immigrant. Quatre trajectoires pour un seul personnage, quatre répliques de Ferguson qui traversent d’un même mouvement l’histoire américaine des fifties et des sixties. Quatre contemporains de Paul Auster lui-même, dont le “maître de Brooklyn” arpente les existences avec l’irrésistible plaisir de raconter qui fait de lui l’un des plus fameux romanciers de notre temps.

En France, toutes les livres de Paul Auster sont édités chez Actes Sud.