« L’outsider »

Ce film retrace la montée puis la chute de Jérome Kiervel (que l’on ne présente plus), trader à la Société Générale et qui fait les choux gras de la presse depuis des années désormais dès que la justice se prononce sur l’Affaire.

Si la sensibilité de ce dernier est bien mise en exergue (il a visiblement été influencé), son côté « flambeur qui joue avec le feu » n’est pas épargné.
J’ai beaucoup apprécié le fait que le scénario montre le bon côté et le côté « mauvais garçon » du personnage, de ses collègues, de la banque…

Franchement je recommande !

« Bron Broen The Bridge »

Le pitch :

« Des crimes ayant lieu autour du pont de l’Øresund, reliant Copenhague au Danemark et Malmö en Suède, impliquant des ressortissants suédois et danois, amènent les forces de police des deux pays à collaborer. Saga Norén pour la police suédoise et Martin Rohde pour la police danoise forment une équipe binationale chargée de l’enquête. » (Wikipedia)

Nous avons avalé (il n’y a pas d’autre terme) les 3 saisons en quelques jours.

Conseillée par l’écrivain de thrillers suédois Emelie Schepp lors d’une rencontre littéraire, ne passez surtout pas à côté.
Le casting est excellent et les scénaris recherchés, intelligents et sans concession. Sans parler de la direction de la photographie qui est juste exceptionnelle et qui vous donne envie d’aller voir le pont en vrai !
Nous sommes baladés de A à Z et je vous défie de trouver facilement les coupables…

Bref je vous recommande vivement cette série dont la saison 4 (qui serait la dernière) est annoncée en 2018 !

NDLR. Il existe déjà deux remakes mais je n’éprouve pas le souhait de les tenter tellement l’original suédo-danois est excellent (j’aurais trop peur d’être déçue) : un américain (The Bridge) et le deuxième franco-britannique (Tunnel).

America

Imaginez un magazine de qualité…
Imaginez un magazine sans aucune publicité…
Imaginez des articles de choix, écrits par des personnalités littéraires sélectionnées aux petits oignons…
Imaginez une vraie matière en mains, bien loin du papier glacé, avec de belles photos à l’esprit vintage et des illustrations à tomber…

Eh bien ce magazine, ce n’est pas un rêve mais la réalité depuis quelques semaines…
Et il s’appelle America.

Créé par François Busnel (que l’on ne présente plus) et Eric Fottorino (ancien directeur du Monde), il est consacré à l’Amérique de Trump.
C’est un magazine trimestriel, qui aura donc vocation à être éphémère puisqu’il s’arrêtera à la fin de la mandature du 45e Président Américain (en sachant cela, on a presque envie qu’il soit réélu le cas échéant le bougre… ).

Franchement, ne passez pas à côté, parce que vous le regretterez.
Ce n’est vraiment pas tous les jours que la presse écrite peut nous ravir à ce point.
Bref, vous avez compris : je vous la recommande vivement !

LISEZ-LA, SOUTENEZ-LA en vous abonnant, OFFREZ-LA, COLLECTIONNEZ-LA…

America (L’Amérique comme vous ne l’avez jamais lue)
194 pages
19€
N°1/16 actuellement en vente dans tous les bons kiosques qui en ont peut-être encore !

« Styles » de Côme Martin-Karl…

Note de l’éditeur :

« Je suis tombé amoureux de lui. Un amour tout aussi vrai et puissant que celui qu’éprouve une fillette pour l’inconnu de la classe d’au-dessus dont elle ne connaît que le nom et toutes les tenues vestimentaires, et à qui elle n’adressera jamais la parole sous peine de mourir sur-le-champ d’une attaque cérébrale. »

Secrètement épris du leader d’un boys band pour adolescentes, un étudiant en sociologie décide de lui consacrer son mémoire.

Ce récit moderne, où se croisent groupies hystériques, professeurs imbus d’eux-mêmes et jeunes intellectuels nourris de psychanalyse et de Harry Potter, nous entraîne bien au-delà de l’université. Au cœur de l’illusion amoureuse.

Après Les Occupations, Côme Martin-Karl mêle dans ce roman pop culture, rêveries érotiques et jargon académique pour offrir une satire de notre société, marquée par la vacuité de tous les discours.

Une fois achevé, je peux qualifier ce livre d’irrésistiblement intrigant.
J’avoue ne pas savoir pour l’instant si je l’ai aimé ou non, et si Version Fémina ne me l’avait pas envoyé pour connaître mon avis dans le cadre du « Coup de coeur des lectrices » je ne suis pas certaine que je serais allée vers lui de manière instinctive en librairie.
A un moment donné, j’ai même eu envie d’arrêter sa lecture. Mais une petite voix m’a dit qu’il fallait continuer, qu’il proposait quelque chose de différent qui ne peut pas laisser indifférent…

Il vaut franchement le détour côté écriture. A la fois drôle et extrêmement littéraire, ultra précise. Côme Martin-Karl a des lettres et cela se sent.
Sur ce point il ne faut pas passer à côté.

« Styles ».
Le mot est à prendre à divers degrés je pense. Au sens propre comme au figuré.
Comme la construction chapitres qui vont du A au Q, comme la façon dont il prend le lecteur a parti (nous assistons à une étude dans l’étude m’a-t-il semblé), comme ce chanteur Harry Styles qui existe bel et bien dans la vraie vie (tout comme le groupe One Direction), comme les figures en tout genre utilisées…

Avec ce livre, ne sommes-nous pas dans la littérature stricto sensu ?
Celle qui nous force à réfléchir, celle qui nous sort de notre zone de confort, celle qui bouscule les codes, celle qui ne nous laisse pas en paix ?
Alors oui ne serait-ce que pour ça j’ai envie de le défendre, mais à vous de juger !

Editions JC Lattès