« L’atelier des miracles » de Valérie Tong Cuong…

Note de l’éditeur

Prof d’histoire-géo mariée à un politicien narcissique, Mariette est au bout du rouleau. Une provocation de trop et elle craque, envoyant valser un élève dans l’escalier. Mariette a franchi la ligne rouge.
Millie, jeune secrétaire intérimaire, vit dans une solitude monacale. Mais un soir, son immeuble brûle. Elle tourne le dos aux flammes se jette dans le vide. Déserteur de l’armée, Monsieur Mike a fait de la rue son foyer. Installé tranquillement sous un porche, il ne s’attendait pas à ce que, ce matin, le « farfadet » et sa bande le passent à tabac.
Au moment où Mariette, Millie et Mike heurtent le mur de leur existence, un homme providentiel surgit et leur tend la main – Jean, qui accueille dans son Atelier les âmes cassées, et dont on dit qu’il fait des miracles.
Mais peut-on vraiment se reconstruire sans affronter ses fantômes ? Avancer en se mentant et en mentant aux autres ? Ensemble, les locataires de l’Atelier vont devoir accepter leur part d’ombre, tandis que le mystérieux Jean tire les ficelles d’un jeu de plus en plus dangereux.

Un livre aux accents aussi doux qu’amers, qui m’a beaucoup plu parce que terriblement vrai.

En dire plus vous gâcherait le plaisir de le découvrir donc, belle lecture à tous !

20130823-190507.jpg

« L’important, c’est le coeur qui bat, pas le temps de présence »

« Il n’est jamais trop tard. Il faut dépasser sa peur, à force de laisser le temps s’écouler, on se sent impuissant, on devient fataliste, on se croit fichu alors qu’il suffit d’un déclic, un rien parfois, une image, un souvenir, parfois même d’un seul mot »

« La beauté se nourrit du temps qui passe »

« Il faut redresser la tête pour obtenir le respect »

« L’intention, c’est cette volonté extrême de vivre, au sens le plus fort du terme. Vivre en pleine conscience de chaque instant, de chaque élément qui nous entoure ou nous gouverne. Vivre en pleine confiance également, confiance en l’avenir, confiance en l’autre, confiance en la possibilité du bonheur »

« La communication entre les êtres humains à ses limites: peu de gens sont capables de se remettre en question sans un bon coup de pied au cul. Il faut leur ouvrir la voie. Déblayer, préparer le terrain et souvent même leur forcer quelque peu la main lorsqu’ils manquent de confiance »

« Exténuée, oui. Au pied du mur. A la limite. C’est ce qui arrive lorsqu’on accepte trop longtemps ce que l’on sait devoir refuser »

« Ne plus sacrifier mes principes à l’obéissance aveugle »

« Nous faisons tous les mêmes erreurs. Fuir nos fantômes plutôt qu’apprendre à vivre avec »

Editions JC Lattès

NDLR. Comme quoi il faut toujours faire confiance à son flair lorsqu’un titre vous interpelle…

 

2 réflexions sur « « L’atelier des miracles » de Valérie Tong Cuong… »

Laisser un commentaire