Retrouvailles & bol d’air gersois…

Il y a presque un mois désormais (oui déjà et ouiiiiiiii, je sais, je suis complètement à la bourre encore une fois ! Je ne veux même pas parler du retard abyssal de mes brèves littéraires… ), je retrouvais nos chers poilus en vacances dans le Gers deux jours après notre retour d’Asie.

L’occasion pour moi de vous (re)dire que les chats sont vraiment mieux « chez eux » ou dans des endroits qu’ils connaissent et qu’ils apprécient vraiment pendant les vacances de leurs humains.
Au passage j’en profite aussi pour remercier une nouvelle fois mes parents, cat-sitters formidables mais ça je le savais…

Pas de « j’t’ai pas vue pendant trois semaines, j’te fais la gueule ».
Je ne sais pas si pour vous c’est pareil dans ce cas là mais pour ma part ils ont été comme d’habitude et comme si de rien n’était dès qu’ils m’ont revue.

Ce week-end en semaine (merci la grève SNCF ) court mais des plus agréables a été pour moi l’opportunité :

1/ de profiter de ma Maman et de mon Papou que je ne vois pas assez à mon goût…
A noter que le trajet Paris-Bordeaux ne dure plus que 2h maintenant. Il y aura certainement plus de descentes je pense du coup,  en tout cas dès que cela sera possible…

2/ de déjeuner à La Table des Cordeliers qui est toujours aussi bonne…

3/ d’admirer le jardin de mes parents qui est toujours aussi beau !

4/ de déguster les fraises succulentes du marché…

C’est toujours ça d’pris parce que je n’ai pas fait grand chose de plus (j’étais bien crevée par le jet lag).

J’avoue que je serais bien restée mais je ne pouvais malheureusement pas (boulot oblige).

Le retour en TGV s’est très bien déroulé.
Les poilus ont été sages comme des images dans leurs sacs de transport Ibiyaya et j’ai pu tester au passage la résistance des tablettes ! >^.^< >^.^<

A notre arrivée, nous étions attendus comme il se doit sur le quai par Mon Brun…

A très vite mon p’tit coin de Gascogne adoré !

Carpe Diem

L’Eté au Printemps ou le mois d’Août en Mai, au choix !

C’est ce que les parisiens  peuvent siffloter en se baladant depuis ce week-end et j’en fais partie.

Je serais même presque tentée de dire que la Capitale est belle et que nous oublions grâce au soleil et à la douceur qui l’accompagne tout le négatif du quotidien (saletés, puanteurs, irrespects en tout genre et j’en passe).

Ce qui est certain c’est que cela fait du bien, et même si la ville était quelque peu bloquée samedi par le ressemblement idiot intitulé « La fête à Macron » (du coup nous sommes allés luncher au Mandarin au lieu de devenir mal polis dans notre Mini), on peut dire que Paris a ce p’tit air de paradis dans ce cas bien particulier dont il faut savoir profiter…

Parce que tout le monde n’avait pas la chance de pouvoir faire le Pont aujourd’hui !

At work… 

« Le crime de l’Orient Express » (2017)

Lorsque Kenneth Branagh revisite un des plus célèbres livres d’Agatha Christie, film rime avec théâtre d’autant plus lorsqu’il campe lui-même le personnage d’Hercule Poirot !

A la base je suis TRES David Suchet (j’ai toute la série avec lui devant laquelle je mets régulièrement parce que je ne m’en lasse pas : pour moi il incarne le détective belge à la perfection !) et un peu Albert Finney ou Peter Ustinov.

Ce que j’ai particulièrement apprécié dans cette nouvelle version ?
La beauté des décors, l’atmosphère de l’époque bien sûr mais surtout je crois le fait que le réalisateur-acteur ait pris quelques libertés qui insufflent un vent nouveau et un peu de modernité sans travestir pour autant la trame de l’histoire initiale.

La cohorte de personnes connues pour les différents rôles est impressionnante.
Etait-ce nécessaire ? Je ne sais pas mais ils jouent chacun à la perfection un rôle dans lequel nous n’avons pas l’habitude de les voir.

Bref à mes yeux et comme vous l’aurez compris, c’est réussi !

Et puis la fin suggère qu’il y aura une nouvelle adaptation de « Mort sur le Nil ».
J’en trépigne d’impatience…

 

Qui est le lauréat de l’Eté en poche 2018 des blogueurs ?

Ils étaient 15 en compétition…

et les votes viennent de révéler que l’Eté en poche 2018 des blogueurs a été attribué à Catherine Cusset pour son livre « L’autre qu’on adorait » !

Ce n’est donc pas mon p’tit chouchou qui a gagné mais j’ai adoré son dernier roman « Vie de David Hockney » .
Je vais m’empresser de le lire du coup…

Belle lecture à tous !

« Parole contre parole »

Une fois n’est pas coutume, parlons du téléfilm (c’est bien de cela dont il s’agit) qui est passé sur France 2 hier au soir.

Une femme, commissaire priseur, passe la soirée avec le propriétaire du tableau qu’elle vient de vendre. Le dîner sera suivi d’un verre dans la maison de campagne de ce dernier, lequel sera suivi d’un viol.
Manque de chance pour lui : il retrouve sa femme morte au petit matin en rentrant.
Il vaut mieux être inculpé d’un viol que d’un meurtre à la réflexion, mais la vengeance est un plat qui se mange froid…

Un scénario assez machiavélique au final vous l’aurez compris, mais également en parallèle une descente aux enfers psychologique ultra réaliste (résignation, déni, dépression et j’en passe).
Elsa Lunghini (LA chanteuse de mon adolescence) nous offre une palette magnifique et subtile de son talent d’actrice dans ce rôle pour lequel elle a reçu le Prix de la meilleure interprétation féminine du Festival de Luchon en février dernier. Elle m’a littéralement bluffée.

C’était un moment glaçantémouvant et touchant, comme la télévision en propose peu.

Je recommande vivement !