« Snowden »

Très convaincant, le film explique extrêmement bien les valeurs profondes qui habitent le jeune homme et qui ont abouti aux révélations que l’on connait (collecte illégale d’informations personnelles par la NSA sous couvert de la lutte antiterroriste).

A VOIR ! (ainsi que « Citizenfour » dont je vous ai déjà parlé…)

Si les journalistes qui ont publié les documents transmis ont reçu le prestigieux Prix Pulitzer, Edward Snowden (bien qu’inculpé par le gouvernement américain sous les chefs d’accusation d’espionnage, vol et utilisation illégale de biens gouvernementaux a également obtenu de nombreux prix et c’est bien là le paradoxe !) est toujours actuellement réfugié à Moscou où sa compagne (l’exemplaire Lindsay Mills) l’a rejoint.

« Les années Obama »

Vous avez jusqu’à demain pour voir en replay les 4 documentaires consacrés aux années Obama sur Arte.

Intéressant parce que sans concession.
Et Barack ne fait pas l’autruche quant à ses choix, réussis ou non.
Idem pour ses conseillers et collaborateurs proches.

Cette analyse introspective fait un bien fou.
Je vous la recommande vivement !

NDLR. En mars dernier, les éditions Fayard ont annoncé qu’elles publieraient en français les livres de Barack et Michelle Obama en France.

« Eloquence à l’Assemblée » (Théâtre de l’Atelier)

Putain.
C’était quelque chose !
Et puis étant donné le contexte politique français, il y a comme une résonance…

Imaginez : Joey Starr, rappeur, producteur et acteur sur la scène du petit Théâtre de l’Atelier.

Sa voix si particulière qui résonne dans toute la salle, vous ne l’oublierez jamais. Il habitera les murs à tout jamais.
Quant à sa présence, je savais qu’il en imposait mais là franchement, chapeau bas.
Sans oublier son art d’apostropher le public comme il sait le faire.
Tout cela associé aux sublimes mise en scène de Jérémie Lippmann et scénographie de Jacques Gabel rendent le tout terriblement réussi.

Alors oui il s’est repris plusieurs fois (toute première sur les planches), mais là n’est pas le principal et ce n’est pas gênant sur l’ensemble. Il porte le verbe tellement haut qu’on ne peut que lui pardonner. C’est même émouvant. Le naturel est souvent désarmant…
Parce que je peux vous affirmer qu’Hugo et Olympe de Gouges (Robespierre, Lamartine, Jaurès, de Gaulle, et j’en passe) venant des entrailles de cet homme hors norme, ça l’fait grave.

Bref comme qui dirait, c’est d’la dynamite !
Et je confirme ce que mentionne le Théâtre de l’Atelier sur son site parce que je ne trouve pas mieux comme formule :

« On entend le peuple gronder dans sa gorge… »

Si vous faites partie des chanceux qui ont réussi à se procurer des places, vous avez eu du nez étant donné le peu de promotion qu’il y a eu.
Pour les autres, vous raterez une prestation unique et une heure de pur bonheur de sens de la formule et de mots fort à propos que l’on n’entend malheureusement plus assez.

« Le merveilleux jardin de Bella Brown »

Le pitch :

Pour éviter une expulsion, une jeune femme aspirant écrivain qui a un voisin des plus grincheux a un mois pour remettre le jardin de la petite maison qu’elle loue en état.

Un univers et un imaginaire poétiques ainsi qu’une galerie de personnages très attachants font que j’ai particulièrement apprécié cette fable britannique des plus délicieuses.

So charming, really!

A regarder avec cette bienveillance qui fait un bien fou…

« L’outsider »

Ce film retrace la montée puis la chute de Jérome Kiervel (que l’on ne présente plus), trader à la Société Générale et qui fait les choux gras de la presse depuis des années désormais dès que la justice se prononce sur l’Affaire.

Si la sensibilité de ce dernier est bien mise en exergue (il a visiblement été influencé), son côté « flambeur qui joue avec le feu » n’est pas épargné.
J’ai beaucoup apprécié le fait que le scénario montre le bon côté et le côté « mauvais garçon » du personnage, de ses collègues, de la banque…

Franchement je recommande !