Mon expérience ecriturefactory.com

Pour ceux qui ont un oeil de lynx, vous avez dû remarquer que j’ai mis en avant depuis un moment sur mon blog côté widget ecriturefactory.com.

Ce site d’écriture en ligne, je peux vous en parler pour l’expérimenter depuis plusieurs mois, à mon rythme (merci à celles qui se reconnaîtront ).

Je l’ai découvert pour la première fois grâce à mon réseau facebook, puis en échangeant avec sa fondatrice lors du Prix Vert Salon l’année dernière.

Le concept vient d’Espagne, sous la houlette de Carmen Posadas, écrivain.
En France, c’est Anita Coppet, journaliste, qui s’en occupe.

Au départ, c’était juste un test.
Mais je me suis prise au jeu et j’ai donc continué !
J’avoue que c’est assez addictif… O:-)

Chaque semaine un « cours » très complet et intéressant sur un thème est à lire (qui renvoie sur pas mal de liens) et un ou plusieurs exercice(s) est(sont) à réaliser et à rendre.
En parallèle, les étudiants inscrits à la session peuvent discuter ensemble ainsi que la communauté tout entière sur des sujets très variés via plusieurs forums proposés.
Une session dure 14 semaines.

Les tutrices sont précises mais bienveillantes dans leurs corrections afin de vous faire progresser au mieux.
Pour celles et ceux qui auraient un doute sur le côté virtuel, un lien sincère et vraiment sympathique se tisse au fil des leçons. J’ai BEAUCOUP apprécié cela.
Aux côtés d’Anita nous trouvons Sonia Rachline qui est également journaliste et Véronique Le Normand qui est écrivain.

Si vous me demandez pourquoi j’ai tenté cette bien chouette aventure, je vous répondrai que j’avais envie de voir ce que c’était concrètement, tout simplement.
Les ateliers d’écriture fleurissent sur la toile mais tous ne sont certainement pas d’aussi bonne qualité que celui-ci.
Ce qui est certain, c’est que cela pourra me permettre de mieux écrire mes billets sur mon blog. On a toujours à apprendre.
Et puis qui sait, j’écrirai peut-être un jour THE « best-seller » qui me permettra de vivre de mes rentes et de partir vivre en Asie…
Ah ah ah !!! Je m’égare… 

Une nouvelle session démarre maintenant donc si vous avez lu ce billet jusqu’au bout c’est que cela vous titille.
Ne vous posez pas trop de questions et INSCRIVEZ-VOUS !
Vous ne le regretterez pas

Ecriture Factory

Exposition « L’esprit du thé » (Essence du Thé George Cannon, Paris)

Il n’y a jamais de hasard.
Il n’y a que des rendez-vous.

Le jeudi 4 mai dernier avait lieu chez George Cannon le vernissage de l’exposition d’Anne Steinlein, « L’esprit du thé ».
Je n’ai malheureusement pas pu m’y rendre alors que c’était bien prévu dans mon agenda, ayant passé les 3, 4 et 5 mai entre les Urgences Saint Louis et l’Hôpital Lariboisière.

J’ai pu (enfin) y aller aujourd’hui et admirer les très jolies créations théinées de l’Artiste voyageuse.
C’est inspiré. Réaliste et parfois abstrait. Anne nous fait voyager et il y en a pour tous les goûts.

J’ai instantanément eu un coup de coeur en découvrant le « Panda et son bol de thé » (Chine).


Ma première pensée fût de me dire : « il est vraiment trop beau, il doit déjà être réservé (ouin) ». Mais en regardant de plus près, point de pastille rouge. J’y ai vu comme un signe : il m’attendait bien sagement depuis un mois… Il était donc pour moi !
Vous pouvez aller l’admirer ainsi que les autres tableaux et objets exposés jusqu’au 22 juillet prochain.
A partir de cette date, il fera le bonheur de Mon Brun et de moi-même à la maison.
Eh oui : non seulement il faut s’avoir se faire plaisir et écouter son coeur, mais aussi IL FAUT SOUTENIR LES ARTISTES DE LEUR VIVANT !


NDLR. En plus, vous pouvez coupler votre visite avec un bon déjeuner,  Tea Brunch ou Tea Time sur place et/ou un massage shiatsu made in la fabuleuse Claudine Montazemi !

« Snowden »

Très convaincant, le film explique extrêmement bien les valeurs profondes qui habitent le jeune homme et qui ont abouti aux révélations que l’on connait (collecte illégale d’informations personnelles par la NSA sous couvert de la lutte antiterroriste).

A VOIR ! (ainsi que « Citizenfour » dont je vous ai déjà parlé…)

Si les journalistes qui ont publié les documents transmis ont reçu le prestigieux Prix Pulitzer, Edward Snowden (bien qu’inculpé par le gouvernement américain sous les chefs d’accusation d’espionnage, vol et utilisation illégale de biens gouvernementaux a également obtenu de nombreux prix et c’est bien là le paradoxe !) est toujours actuellement réfugié à Moscou où sa compagne (l’exemplaire Lindsay Mills) l’a rejoint.

« Les années Obama »

Vous avez jusqu’à demain pour voir en replay les 4 documentaires consacrés aux années Obama sur Arte.

Intéressant parce que sans concession.
Et Barack ne fait pas l’autruche quant à ses choix, réussis ou non.
Idem pour ses conseillers et collaborateurs proches.

Cette analyse introspective fait un bien fou.
Je vous la recommande vivement !

NDLR. En mars dernier, les éditions Fayard ont annoncé qu’elles publieraient en français les livres de Barack et Michelle Obama en France.

« Eloquence à l’Assemblée » (Théâtre de l’Atelier)

Putain.
C’était quelque chose !
Et puis étant donné le contexte politique français, il y a comme une résonance…

Imaginez : Joey Starr, rappeur, producteur et acteur sur la scène du petit Théâtre de l’Atelier.

Sa voix si particulière qui résonne dans toute la salle, vous ne l’oublierez jamais. Il habitera les murs à tout jamais.
Quant à sa présence, je savais qu’il en imposait mais là franchement, chapeau bas.
Sans oublier son art d’apostropher le public comme il sait le faire.
Tout cela associé aux sublimes mise en scène de Jérémie Lippmann et scénographie de Jacques Gabel rendent le tout terriblement réussi.

Alors oui il s’est repris plusieurs fois (toute première sur les planches), mais là n’est pas le principal et ce n’est pas gênant sur l’ensemble. Il porte le verbe tellement haut qu’on ne peut que lui pardonner. C’est même émouvant. Le naturel est souvent désarmant…
Parce que je peux vous affirmer qu’Hugo et Olympe de Gouges (Robespierre, Lamartine, Jaurès, de Gaulle, et j’en passe) venant des entrailles de cet homme hors norme, ça l’fait grave.

Bref comme qui dirait, c’est d’la dynamite !
Et je confirme ce que mentionne le Théâtre de l’Atelier sur son site parce que je ne trouve pas mieux comme formule :

« On entend le peuple gronder dans sa gorge… »

Si vous faites partie des chanceux qui ont réussi à se procurer des places, vous avez eu du nez étant donné le peu de promotion qu’il y a eu.
Pour les autres, vous raterez une prestation unique et une heure de pur bonheur de sens de la formule et de mots fort à propos que l’on n’entend malheureusement plus assez.