« Steve McQueen Style » (Galerie Joseph, Paris)

Une jolie galerie parisienne 116 rue de Turenne…
Un souffle de liberté dans l’air ambiant…
Et un sex-symbol qui continue de faire fantasmer les générations…

Une chose est sûre : cette petite exposition très cinéphile (mais pas que) fort sympathique m’a donnée envie de revoir certains films cultes et de découvrir ceux que je n’ai jamais vus !

« Christian Dior, couturier du rêve » (Les Arts Décoratifs, Paris)

« Au fond de chaque coeur sommeille un rêve« 

S’il y a une et une seule exposition à admirer à Paris en ce mois d’août (et jusqu’au 7 janvier 2018) c’est, à n’en pas douter, celle-ci !

Complète, parfaitement scénographiée, je manque de qualificatif pour en dire tout le bien que j’en pense 24h après et ce même si nous avons, avec mon amie Carole, eu très très chaud (problème de climatisation ce jour-là ?) et dû jouer beaucoup des coudes pour en profiter pleinement (allez-y plutôt le matin à la première heure pour éviter le monde qu’elle draîne).

SUBLIME est sans aucun doute le mot le plus adéquate pour la décrire.

Christian Dior n’est plus de ce monde. Mais il y a bel et bien du rêve dans l’air du Musée des Arts Décoratifs, assurément…

« Respecter la tradition et oser l’insolence
car l’un ne saurait aller sans l’autre »

« L’esprit du thé » (Essence du Thé George Cannon, Paris)

Il n’y a jamais de hasard.
Il n’y a que des rendez-vous.

Le jeudi 4 mai dernier avait lieu chez George Cannon le vernissage de l’exposition d’Anne Steinlein, « L’esprit du thé ».
Je n’ai malheureusement pas pu m’y rendre alors que c’était bien prévu dans mon agenda, ayant passé les 3, 4 et 5 mai entre les Urgences Saint Louis et l’Hôpital Lariboisière.

J’ai pu (enfin) y aller aujourd’hui et admirer les très jolies créations théinées de l’Artiste voyageuse.
C’est inspiré. Réaliste et parfois abstrait. Anne nous fait voyager et il y en a pour tous les goûts.

J’ai instantanément eu un coup de coeur en découvrant le « Panda et son bol de thé » (Chine).


Ma première pensée fût de me dire : « il est vraiment trop beau, il doit déjà être réservé (ouin) ». Mais en regardant de plus près, point de pastille rouge. J’y ai vu comme un signe : il m’attendait bien sagement depuis un mois… Il était donc pour moi !
Vous pouvez aller l’admirer ainsi que les autres tableaux et objets exposés jusqu’au 22 juillet prochain.
A partir de cette date, il fera le bonheur de Mon Brun et de moi-même à la maison.
Eh oui : non seulement il faut s’avoir se faire plaisir et écouter son coeur, mais aussi IL FAUT SOUTENIR LES ARTISTES DE LEUR VIVANT !

NDLR. En plus, vous pouvez coupler votre visite avec un bon déjeuner,  Tea Brunch ou Tea Time sur place et/ou un massage shiatsu made in la fabuleuse Claudine Montazemi !

Tea Time à La Maison de la Chine…

Samedi après-midi, j’ai découvert avec mon amie K. de carnets de voyage qui se reconnaîtra La Maison de la Chine, lieu original, atypique et fort sympathique face à l’Eglise Saint Sulpice.

Nous avons pu y papoter au calme au milieu d’une jolie décoration en prime, avec un Sencha pour elle et un (sublime) Oolong tie guan yin pour moi de chez Mariage Frères (22 thés et infusions sont proposés à la carte), accompagnés d’un cookie au thé vert matcha, amande, chocolat noir et flocons d’avoine.

En plus, jusqu’au 8 avril prochain, vous pouvez admirer l’exposition photographique « Offrandes au peuple du Tibet » de l’Artiste Gao Bo, qui mêle à la perfection le noir & blanc et l’encre sépia…

Un moment hors du temps, que nous avons beaucoup apprécié.

Belle dégustation et belle visite à tous !

Prochain test : le brunch !

La Maison de la Chine
76 rue Bonaparte
75006 Paris

01 40 51 95 17

« De Zurbaran à Rothko, Collection Alicia Koplowitz » (Musée Jacquemart-André, Paris)

Je me suis rendue hier à l’exposition « De Zurbaran à Rothko » au Musée Jacquemart-André.

Grande collectionneuse d’art espagnole, Alicia Koplowitz offre à nos yeux par le biais d’une partie de sa collection privée de très belles toiles de différentes époques à admirer.

Je suis notamment restée scotchée devant deux encres de Tiepolo, les perspectives de Joli et de Canaletto, un Picasso que je ne connaissais pas (« Demi-nu à la cruche »), « La liseuse » de Toulouse-Lautrec, « Femme à la robe bleue » de Schiele (SPLENDIDE) et « La rousse au pendentif » de Modigliani.

Vous avez jusqu’au 10 juillet prochain pour en profiter !

NDLR. Les photos sont interdites . Excuse toute trouvée pour que je m’offre le livre…