Exposition « L’esprit du thé » (Essence du Thé George Cannon, Paris)

Il n’y a jamais de hasard.
Il n’y a que des rendez-vous.

Le jeudi 4 mai dernier avait lieu chez George Cannon le vernissage de l’exposition d’Anne Steinlein, « L’esprit du thé ».
Je n’ai malheureusement pas pu m’y rendre alors que c’était bien prévu dans mon agenda, ayant passé les 3, 4 et 5 mai entre les Urgences Saint Louis et l’Hôpital Lariboisière.

J’ai pu (enfin) y aller aujourd’hui et admirer les très jolies créations théinées de l’Artiste voyageuse.
C’est inspiré. Réaliste et parfois abstrait. Anne nous fait voyager et il y en a pour tous les goûts.

J’ai instantanément eu un coup de coeur en découvrant le « Panda et son bol de thé » (Chine).


Ma première pensée fût de me dire : « il est vraiment trop beau, il doit déjà être réservé (ouin) ». Mais en regardant de plus près, point de pastille rouge. J’y ai vu comme un signe : il m’attendait bien sagement depuis un mois… Il était donc pour moi !
Vous pouvez aller l’admirer ainsi que les autres tableaux et objets exposés jusqu’au 22 juillet prochain.
A partir de cette date, il fera le bonheur de Mon Brun et de moi-même à la maison.
Eh oui : non seulement il faut s’avoir se faire plaisir et écouter son coeur, mais aussi IL FAUT SOUTENIR LES ARTISTES DE LEUR VIVANT !


NDLR. En plus, vous pouvez coupler votre visite avec un bon déjeuner,  Tea Brunch ou Tea Time sur place et/ou un massage shiatsu made in la fabuleuse Claudine Montazemi !

Tea Time à La Maison de la Chine…

Samedi après-midi, j’ai découvert avec mon amie K. de carnets de voyage qui se reconnaîtra La Maison de la Chine, lieu original, atypique et fort sympathique face à l’Eglise Saint Sulpice.

Nous avons pu y papoter au calme au milieu d’une jolie décoration en prime, avec un Sencha pour elle et un (sublime) Oolong tie guan yin pour moi de chez Mariage Frères (22 thés et infusions sont proposés à la carte), accompagnés d’un cookie au thé vert matcha, amande, chocolat noir et flocons d’avoine.

En plus, jusqu’au 8 avril prochain, vous pouvez admirer l’exposition photographique « Offrandes au peuple du Tibet » de l’Artiste Gao Bo, qui mêle à la perfection le noir & blanc et l’encre sépia…

Un moment hors du temps, que nous avons beaucoup apprécié.

Belle dégustation et belle visite à tous !

Prochain test : le brunch !

La Maison de la Chine
76 rue Bonaparte
75006 Paris

01 40 51 95 17

« De Zurbaran à Rothko, Collection Alicia Koplowitz » (Musée Jacquemart-André, Paris)

Je me suis rendue hier à l’exposition « De Zurbaran à Rothko » au Musée Jacquemart-André.

Grande collectionneuse d’art espagnole, Alicia Koplowitz offre à nos yeux par le biais d’une partie de sa collection privée de très belles toiles de différentes époques à admirer.

Je suis notamment restée scotchée devant deux encres de Tiepolo, les perspectives de Joli et de Canaletto, un Picasso que je ne connaissais pas (« Demi-nu à la cruche »), « La liseuse » de Toulouse-Lautrec, « Femme à la robe bleue » de Schiele (SPLENDIDE) et « La rousse au pendentif » de Modigliani.

Vous avez jusqu’au 10 juillet prochain pour en profiter !

NDLR. Les photos sont interdites . Excuse toute trouvée pour que je m’offre le livre… 

« 21 rue de la Boétie » (Musée Maillol, Paris)

J’ai repris avec un plaisir certain un rythme de visites d’expositions qui m’intéressent à plusieurs titres.

Celle consacrée à la collection de Paul Rosenberg (les plus « People » retiendront seulement que c’était le Grand-Père d’Anne Sinclair), un des plus grands marchands d’art et galeristes du XIXe/XXe siècle, en fait partie.
Une histoire dans l’Histoire comme je les aime, qui explique extrêmement bien la gestion d’une galerie, la côte des artistes, la spoliation des biens juifs, la difficulté de restituer les biens retrouvés malgré des initiatives formidables, « l’Art dégénéré »…

Après un bon brunch (dont je vous parlerai très vite), direction le Musée Maillol qui la propose depuis jeudi et jusqu’au 23 juillet prochain.

Ce que j’aime dans la possibilité de voir des collections privées ? Le fait de pouvoir admirer des toiles et des sculptures qu’on ne voit jamais (ou rarement) d’Artistes pourtant très célèbres (Picasso, Fernand Léger, Braque, Cézanne, Matisse, Laurencin…)

Mes yeux en ont pris plein les mirettes.

Seul bémol : le parcours n’est pas forcément évident à concilier avec un nombre important de visiteurs.

Voici un tout petit mixte de photographies prises par moi ou trouvées sur la toile  (certains oeuvres présentées ne sont pas censées êtres immortalisées, même sans flash) :

En marge de l’exposition, il me semble intéressant de compléter sa culture avec (si ce n’est pas déjà lu ou vu) :
– « 21 rue de la Boétie » d’Anne Sinclair (que je dois lire)
– « Le front de l’art » de Rose Valland
– « Rose Valland, Capitaine Beaux-Arts » de Catel, Polack et Bouilhac (album Dupuis que j’ai lu et dont je vous parlerai prochainement)
– Film  » Le train » (j’écris ce billet devant)

Vous pouvez prendre connaissance de la chronique de Dominique sur le sujet (attention, gros spoil ! )

« Wabicha – Dans la pénombre des maisons de thé » (Essence du Thé George Cannon, Paris)

Jeudi 16 février dernier a eu lieu dans un de mes QG (George Cannon) le vernissage de l’exposition de Nikosan.

Nikosan est un Artiste à la délicatesse sereine toute japonaise.
Je l’ai découvert grâce à une box Envouthé en octobre 2015.

Les photographies proposées aux visiteurs ont toutes été prises sur l’Ile de Shikoku.
Elles respirent « l’intimité des lieux »,  « la lenteur des gestes », « la douceur du moment présent » (selon le communiqué de presse de la maison. Je ne pouvais pas mieux exprimer mon ressenti…) et elles se laissent infuser comme une bonne tasse de thé…

« Wabicha – Dans la pénombre des maisons de thé » est à admirer jusqu’au 17 avril prochain !

Essence du Thé George Cannon
12 Rue Notre Dame des Champs
75006 Paris

10h30-19h30 (le lundi, de 12h à 18h

Fermé le dimanche