“Le dernier Vice-Roi des Indes”

Le pitch ?
Nous sommes en 1947. Lord Mountbatten doit préparer le pays à l’indépendance…

Si visuellement le film est réussi, sur le fond il y a à redire : beaucoup trop de clichés à mon goût et la partition des Indes n’est que sommairement traitée au final parce que romancée.

Dommage !

“Golem, le tueur de Londres”

L’atmosphère d’un Londres que j’adore.

Servi par d’excellents acteurs (mention spéciale à Olivia Cook qui est formidable, découverte pour ma part dans la série “Bates Motel” dont je vais prochainement vous parler), des décors et des costumes d’époque, le scénario (très théâtral) est réussi et m’a tenue en haleine jusqu’au rebondissement final !

Bref, j’ai aimé et je vous le conseille.

« Snowden »

Très convaincant, le film explique extrêmement bien les valeurs profondes qui habitent le jeune homme et qui ont abouti aux révélations que l’on connait (collecte illégale d’informations personnelles par la NSA sous couvert de la lutte antiterroriste).

A VOIR ! (ainsi que « Citizenfour » dont je vous ai déjà parlé…)

Si les journalistes qui ont publié les documents transmis ont reçu le prestigieux Prix Pulitzer, Edward Snowden (bien qu’inculpé par le gouvernement américain sous les chefs d’accusation d’espionnage, vol et utilisation illégale de biens gouvernementaux a également obtenu de nombreux prix et c’est bien là le paradoxe !) est toujours actuellement réfugié à Moscou où sa compagne (l’exemplaire Lindsay Mills) l’a rejoint.

« Le merveilleux jardin de Bella Brown »

Le pitch :

Pour éviter une expulsion, une jeune femme aspirant écrivain qui a un voisin des plus grincheux a un mois pour remettre le jardin de la petite maison qu’elle loue en état.

Un univers et un imaginaire poétiques ainsi qu’une galerie de personnages très attachants font que j’ai particulièrement apprécié cette fable britannique des plus délicieuses.

So charming, really!

A regarder avec cette bienveillance qui fait un bien fou…

« L’outsider »

Ce film retrace la montée puis la chute de Jérome Kiervel (que l’on ne présente plus), trader à la Société Générale et qui fait les choux gras de la presse depuis des années désormais dès que la justice se prononce sur l’Affaire.

Si la sensibilité de ce dernier est bien mise en exergue (il a visiblement été influencé), son côté « flambeur qui joue avec le feu » n’est pas épargné.
J’ai beaucoup apprécié le fait que le scénario montre le bon côté et le côté « mauvais garçon » du personnage, de ses collègues, de la banque…

Franchement je recommande !