« The man in the High Castle »

Cette série est l’adaptation du roman « Le maître du haut château » de Philip K.Dick (très bon livre paraît-il) paru en 1962.

Le synopsis est le suivant :
Nous sommes en 1947.
Les Etats-Unis ont capitulé face au Japonnais et aux Nazis.
Le territoire est décomposé en 3 zones : « Le Grand Reich Nazi » (capitale : New York), « La zone neutre » (Les Rocheuses) et « La zone du Pacifique » (capitale : San Francisco).

Ca fait froid dans l’dos hein ?!

Hitler est malade, il y a beaucoup de tensions de part et d’autre (ambiance Guerre Froide) et des résistants tentent de sécuriser les images d’un film secret…

S’il n’y a rien à dire sur le jeu des acteurs et sur l’ambiance qui est très réussie, la direction de la photographie manque d’une certaine clarté, la réalisation est très lente et les nombreux flashback pas forcément simples à suivre.

Il faut donc s’accrocher pour ne pas avoir envie d’arrêter !

Deux saisons recensées à ce jour.
La troisième serait en cours même si la série n’a pas connu le succès escompté.

« Bron Broen The Bridge »

Le pitch :

« Des crimes ayant lieu autour du pont de l’Øresund, reliant Copenhague au Danemark et Malmö en Suède, impliquant des ressortissants suédois et danois, amènent les forces de police des deux pays à collaborer. Saga Norén pour la police suédoise et Martin Rohde pour la police danoise forment une équipe binationale chargée de l’enquête. » (Wikipedia)

Nous avons avalé (il n’y a pas d’autre terme) les 3 saisons en quelques jours.

Conseillée par l’écrivain de thrillers suédois Emelie Schepp lors d’une rencontre littéraire, ne passez surtout pas à côté.
Le casting est excellent et les scénaris recherchés, intelligents et sans concession. Sans parler de la direction de la photographie qui est juste exceptionnelle et qui vous donne envie d’aller voir le pont en vrai !
Nous sommes baladés de A à Z et je vous défie de trouver facilement les coupables…

Bref je vous recommande vivement cette série dont la saison 4 (qui serait la dernière) est annoncée en 2018 !

NDLR. Il existe déjà deux remakes mais je n’éprouve pas le souhait de les tenter tellement l’original suédo-danois est excellent (j’aurais trop peur d’être déçue) : un américain (The Bridge) et le deuxième franco-britannique (Tunnel).

« Glacé »

Cette série est une adaptation du livre du même titre de Bernard Minier publié en 2011.

Le pitch (Wikipedia) :

« Dans les Pyrénées, près de Saint-Martin, le cadavre d’un cheval sans tête est découvert à 2 000 mètres d’altitude, au sommet d’un téléphérique. L’enquête est confiée aux capitaines Martin Servaz du SRPJ de Toulouse et Irène Ziegler de la Gendarmerie nationale.
Non loin de là, la jeune psychiatre Diane Berg débute des séances de psychothérapie auprès de Julian Hirtmann, un dangereux tueur en série arrêté des années auparavant par le capitaine Servaz et aujourd’hui incarcéré dans une prison de haute sécurité. »

Ce que j’ai aimé : le côté psychologique qui est bien rendu et les paysages à couper le souffle.

Ce qui a péché dans la réalisation : le son, comme trop souvent dans les montages français. Une catastrophe : il faut vraiment tendre l’oreille pour entendre les dialogues et ça franchement, c’est gonflant.

En tout cas, cela m’a donné envie de me plonger dans l’univers de l’écrivain…

« The Young Pope »

Bon alors, que vaut The Young Pope ?

Concernant Jude Law, on a juste envie de lui arracher sa soutane avec les dents dès le premier épisode.
Non mais sérieusement, ce mec, « il pue le cul ! » (avec l’accent du Sud-Ouest s’il vous plaît) comme dirait ma Chère Amie B. (qui se reconnaîtra).
Vade retro Satana. J’irai certainement brûler en enfer pour avoir écrit cela…

Oui, et donc ?

Ben, cela ne suffit pas !

Niveau dialogues c’est plutôt pas mal (certaines phrases sont à retenir).
Le jeu des acteurs est bon.
Les sujets qui font polémiques sont bien déterrés, dépoussiérés et donc traités de manière anti-conventionnelle et plutôt audacieuse.
Ok…

En revanche le rythme…….. comment dire……. trop lent.
En gros, je me suis fais braire pour parler poliment et je me suis souvent assoupie sur notre canapé, doucement bercée par le néant.

Voilà. 
C’est dit.

Mon Brun a plus accroché que moi (pour tout vous dire, j’ai failli abandonner plusieurs fois).
Si saison 2 il y a, ce sera sans moi.

    Source photos : internet

« Indian Summers »

Pour les amoureux du genre : intrigues, passions secrètes, lutte pour l’indépendance… et plantations de thé !

Le Royaume-Uni nous propose une nouvelle saga romanesque dans les contreforts de l’Himalaya sur la fin du régime colonial britannique en Inde.

Un « Downton Abbey« , en Asie du Sud…

Je me suis bien fait avoir dès les deux premiers épisodes et j’en suis donc déjà complètement accro !

Saison 1 diffusée le jeudi soir sur Arte, depuis le 29 septembre 2016.