“Les amants polyglottes” de Lina Wolff…

Je considère ce livre comme une espèce d’ovni olni qui risque de ne pas plaire à tout le monde.
Personnellement son originalité m’a sacrément titillée !

L’humour est corrosif et la lecture parfois inconfortable.
Mais la littérature sert aussi à cela : nous sortir de notre fameuse zone de confort.

Trois personnages principaux…
Va se tisser entre eux une relation aussi bizarre que nécessaire pour chacun étrangement…

Nous sommes Ellinor : tout aussi dégoûtée que fascinée.
Elle fait de nous des voyeurs parce que nous voulons savoir, comprendre, étudier, analyser le lien étrange qui se construit au fur et à mesure entre eux.
Le lecteur est avalé dans l’étrange spirale qu’est leur relation si particulière.

Des lignes qui m’ont fait penser dans le style à Amélie Nothomb et où l’on croise Michel Houellebecq.

Je n’en dis pas plus.
Vous me faites confiance ?

Lina Wolff est une romancière et traductrice suédoise.
Elle a remporté le Prix August en 2016 pour ce roman qui est son second.

Note de l’éditeur (Gallimard) :

“Ellinor, la trentaine bien entamée, sait charger un fusil et se battre au corps-à-corps. Autant dire que les hommes ne lui font pas peur. Pourtant, elle aimerait trouver l’amour. C’est sur un site de rencontres qu’elle fait la connaissance de Calisto, critique littéraire obèse et imprévisible. Il lui révèle avoir en sa possession un manuscrit – inédit, exceptionnel et rédigé par son auteur favori.
Max, écrivain en panne, cherche lui aussi l’âme sœur, en même temps que l’inspiration. Selon ses critères, la femme idéale est polyglotte, comme lui, et dotée d’une forte poitrine, mais elle ne court pas les rues. Une réceptionniste rencontrée lors de ses errances littéraires le met sur la voie : il va écrire Les amants polyglottes, l’histoire familiale de Lucrezia, une aristocrate romaine ruinée.
Le manuscrit, qui n’est autre que celui détenu par Calisto, va lier étroitement tous les personnages et leur faire subir les affres d’une fatalité semblant les observer en riant.”

Un GRAND MERCI à C.D qui se reconnaîtra…

« 4 3 2 1 » de Paul Auster…

Alors alors, que vaut le dernier Paul Auster ?

Tout d’abord, il faut que vous sachiez deux choses importantes sur « 4 3 2 1 » :
– il pèse 1,259 kg ! Oui, oui, vous avez bien lu… Au début je l’ai promené avec moi dans les transports mais franchement là, et ce n’est pas dans mes habitudes, je vous recommande de le prendre en ebook sur liseuse parce qu’il est lourd et ce même pour chez soi sur le canapé.
– il comporte 1 016 pages ! Oui, oui, vous avez bien lu aussi… Pour ceux qui aiment se plonger dans plusieurs ouvrages à la fois ou qui pensent s’arrêter pour faire autre chose, je vous le déconseille. Ce qui fait l’essence même de ce roman fait qu’il vaut mieux se l’enfiler d’une traite au risque de ne plus savoir qui on est ni où on crèche ! Alors préparez vos yeux et votre tête en conséquence. Perso, cela m’a pris le week-end mais j’étais motivée par la rencontre de samedi.
Et puis la nouvelle sélection des livres du Grand Prix des Lectrices ELLE 2018 va me parvenir donc, je n’avais pas trop le choix pour ne pas prendre de retard…

Et donc et donc…….. sinon ?

Cela faisait sept ans que l’écrivain n’avait rien proposé à ses lecteurs.
Avec ce quinzième roman, nul doute qu’il fait un retour remarqué !

Que serait devenue votre vie si … ?

Voici la question que pose ce livre.

L’écrivain nous propose quatre versions de la vie d’Archibald, ponctuées toutefois de quelques éléments persistants (Amy, l’écriture…).

1.0
1.1
1.2
1.3
1.4

Ou comment une circonstance, complètement anodine, peut bouleverser une existence…

A quel point cela ressemble à Paul Auster lui-même ?
Nous sommes en droit de nous poser la question laquelle, je l’espère, sera abordée à La Grande Librairie jeudi soir ou lors de la rencontre orchestrée par François Busnel à laquelle je vais assister samedi au Théâtre du Rond-Point.

Ce livre m’a fait penser à un film que j’avais beaucoup aimé et qui m’avait marquée en son temps (1998) : « Slinding Doors » (« Pile ou face » en français).
On peut aussi faire un parallèle (sans doute facile mais pas si idiot que ça à la réflexion à mon avis) avec un autre film que j’adore : « Forrest Gump ».
Pourquoi ? Eh bien lisez-le et vous comprendrez certainement à quoi je fais allusion !

Je suis loin d’avoir découvert toute l’oeuvre de l’écrivain.
En revanche je peux affirmer et je pense que je ne serai pas la seule à le dire que c’est un roman qui marquera par la force littéraire qui s’en dégage tant du point de l’histoire que de la construction et de l’écriture.

Belle lecture à tous !

Note de l’éditeur (Actes Sud) :

À en croire la légende familiale, le grand-père nommé Isaac Reznikoff quitta un jour à pied sa ville natale de Minsk avec cent roubles cousus dans la doublure de sa veste, passa Varsovie puis Berlin, atteignit Ham- bourg et s’embarqua sur l’Impératrice de Chine qui franchit l’Atlantique en essuyant plusieurs tempêtes, puis jeta l’ancre dans le port de New York au tout premier jour du XXe siècle. À Ellis Island, par une de ces bifurcations du destin chères à l’auteur, le nouvel arrivant fut rebaptisé Ferguson. Dès lors, en quatre variations biographiques qui se conjuguent, Paul Auster décline les parcours des quatre possibilités du petit-fils de l’immigrant. Quatre trajectoires pour un seul personnage, quatre répliques de Ferguson qui traversent d’un même mouvement l’histoire américaine des fifties et des sixties. Quatre contemporains de Paul Auster lui-même, dont le “maître de Brooklyn” arpente les existences avec l’irrésistible plaisir de raconter qui fait de lui l’un des plus fameux romanciers de notre temps.

En France, toutes les livres de Paul Auster sont édités chez Actes Sud.

A noter l’admirable traduction par Gérard Meudal.

« Le coeur battant de nos mères » de Brit Bennett…

Note de l’éditeur :

Nadia a 17 ans et la vie devant elle. Mais quand elle perd sa mère et avorte en cachette, tout change. Elle choisit alors de quitter la communauté noire et religieuse qui l’a vue grandir. Boursière dans une grande université, Nadia fréquente l’élite. Elle a laissé derrière elle Luke, son ancien amant aux rêves brisés, et Aubrey, sa meilleure amie. Durant une décennie marquée des affres de la vie, les trajectoires des trois jeunes gens vont se croiser puis diverger, tendues à l’extrême par le poids du secret.

Ce livre est un rendez-vous manqué.
J’aurais aimé l’aimer… pour son titre, pour l’histoire encensée par la critique américaine.

D’une part, je ne sais pas si cela tient à une mauvaise traduction française mais je n’ai pas été sensible à l’écriture de l’auteur.
D’autre part, l’histoire est malheureusement assez plate malgré les sujets abordés (maternité, avortement, triangle amoureux…).

Best seller ou pas, il m’a littéralement laissée sur le côté.

A vous de juger !

Editions Autrement

Livre lu dans le cadre du Jury du Grand Prix des Lectrices ELLE 2018 dont je fais partie !

« La salle de bal » d’Anna Hope…

Anna Hope, je l’ai découverte en janvier 2016 lorsque les Editions Gallimard collection « Du monde entier » a fait paraître son premier roman « Le chagrin des vivants » en langue française.

Cette année, la maison sort « La salle de bal » (titre original : « The Ballroom » ), que je me suis empressée de m’offrir tellement je m’étais régalée avec son précédent livre.

Note de l’éditeur :

Lors de l’hiver 1911, l’asile d’aliénés de Sharston, dans le Yorkshire, accueille une nouvelle pensionnaire : Ella, qui a brisé une vitre de la filature dans laquelle elle travaillait depuis l’enfance. Si elle espère d’abord être rapidement libérée, elle finit par s’habituer à la routine de l’institution. Hommes et femmes travaillent et vivent chacun de leur côté : les hommes cultivent la terre tandis que les femmes accomplissent leurs tâches à l’intérieur. Ils sont néanmoins réunis chaque vendredi dans une somptueuse salle de bal. Ella y retrouvera John, un «mélancolique irlandais». Tous deux danseront, toujours plus fébriles et plus épris.
À la tête de l’orchestre, le docteur Fuller observe ses patients valser. Séduit par l’eugénisme et par le projet de loi sur le Contrôle des faibles d’esprit, Fuller a de grands projets pour guérir les malades. Projets qui pourraient avoir des conséquences désastreuses pour Ella et John.
Après Le chagrin des vivants, Anna Hope parvient de nouveau à transformer une réalité historique méconnue en un roman subtil et puissant, entraînant le lecteur dans une ronde passionnée et dangereuse.

Nous voici donc immergés dans un asile cette fois, en 1911 en Irlande.
Pour ce livre, l’écrivain s’est inspirée de son arrière-arrière-grand-père.

Roman à trois voix (l’auteur affectionne visiblement ce type de construction dans ses écrits, ce qui apporte un rythme non négligeable au récit), c’est autant une intrigue romantique qu’un roman social sur fond de réalité historique si chère à sa plume.

Anna Hope revient en effet sur un épisode méconnu de l’histoire anglaise, à savoir la politique eugénique dans les asiles et égratigne au passage Churchill comme il se doit.

Les sujets abordés sont vastes : l’internement, la procréation, la fausse humanité, la liberté…

L’atmosphère de l’époque est palpable et admirablement décrite. Comme dans son premier roman, nous pouvons la sentir à chaque page.
On imagine une fois encore très bien le temps que l’écrivain a dû passer à se documenter, sans toutefois avoir cette sensation d’être abreuvé, noyé dans tous les détails inutiles au lecteur.
C’est assurément un des (nombreux) dons d’Anna Hope au-delà de tout ce que je viens de vous dire : elle a décidément le chic pour s’accaparer l’Histoire (volontairement ?) oubliée et nous faire ainsi (re)vivre des moments -tragiques- comme peu savent le faire.

Belle lecture à tous !

Editions Gallimard

NDLR. J’ai lu ce livre avant de savoir qu’il serait sélectionné dans le cadre du Grand Prix des Lectrices ELLE 2018 dont je fais partie !

« Les vies de papier » de Rabih Alameddine…

Note de l’éditeur :

Aaliya Saleh, 72 ans, les cheveux bleus, a toujours refusé les carcans imposés par la société libanaise. À l’ombre des murs anciens de son appartement, elle s’apprête pour son rituel préféré. Chaque année, le 1er janvier, après avoir allumé deux bougies pour Walter Benjamin, cette femme irrévérencieuse et un brin obsessionnelle commence à traduire en arabe l’une des oeuvres de ses romanciers préférés : Kafka, Pessoa ou Nabokov.
À la fois refuge et « plaisir aveugle », la littérature est l’air qu’elle respire, celui qui la fait vibrer comme cet opus de Chopin qu’elle ne cesse d’écouter. C’est entourée de livres, de cartons remplis de papiers, de feuilles volantes de ses traductions qu’Aaliya se sent vivante.
Cheminant dans les rues, Aaliya se souvient de l’odeur de sa librairie, des conversations avec son amie Hannah, de ses lectures à la lueur de la bougie tandis que la guerre faisait rage, de la ville en feu, de l’imprévisibilité de Beyrouth.

Sur l’autel du souvenir, la littérature, la poésie, les citations prennent vie dans un Beyrouth aussi tragique que beau.

Au fil des pages, Aaliya nous donne envie de nous replonger dans certains livres devenus des classiques.

Ce récit est une ode aux librairies et aux libraires (les vrai(e)s !), au papier, aux textes, aux mots mais aussi à l’Amitié et à la Liberté.
Comme un remède à tous les maux…

Belle lecture à tous !

L’auteur a reçu le Prix Femina étranger 2016 pour ce livre.

Editions Les Escales