« Coeur-Naufrage » de Delphine Bertholon…

Note de l’éditeur :

« Certains jours, je m’attends des heures et ne me rejoins jamais. »
À bientôt trente-quatre ans, Lyla est tenaillée par le sentiment de passer à côté de l’existence. Elle enchaîne les fiascos amoureux, accumule les névroses et attend, sans trop savoir quoi. Jusqu’au jour où un étrange message la ramène dix-sept ans en arrière. Cet été-là, sur la côte basque, tout allait basculer…

Ce livre là, j’aurais dû vous en parler depuis un moment.
Delphine pardonnera mon retard (parce qu’il est justifié).
En même temps, je me dis qu’une blogueuse un peu à la bourre continue de faire vivre le livre aimé au moins…
Et puis si je m’en souviens parfaitement plusieurs mois après sa lecture, c’est plutôt TRES bon signe non ?

Tout d’abord je tiens à saluer la progression de l’écriture de l’auteur.
Les lignes sont d’une justesse et d’une élégance folles !
De tous les Bertholon que j’ai lus, j’avoue que celui-ci sort assurément du lot en la matière.

Dans ce nouveau roman à double temporalité, Delphine donne voix à une mère à la féminité blessée qui a accouché sous X.
Mais également au père.
Et cela ma foi, même si je n’ai pas consulté tous les ouvrages traitant de ce sujet, ce n’est pas si fréquent. J’applaudis donc le parti pris.

Entre le passé et le présent, Lyla (« avec un y ») et Joris se parlent comme jamais.
Leurs mots font écho à leurs maux sur l’autel des non-dits, des choix à assumer loin de l’insouciance de leur jeunesse sur fond de références musicales et cinématographiques si chères à l’écrivain.

Un sujet douloureux traité de manière finalement positive fait de ce roman  un livre à lire.
Parce qu’il est émouvant sans être larmoyant.
Parce qu’il est beau, tout simplement.

Editions JC Lattès

Laisser un commentaire