« Concerto à la mémoire d’un ange » de Eric-Emmanuel Schmitt…

Quatre nouvelles, quatre occasions de rédemption, que les personnages saisiront (ou pas ?) selon leur tempérament et les circonstances de la vie…
Chacune de ces histoires est traversée par la présence de Sainte Rita, la patronne des causes désespérées, sous la forme d’un petit clin d’œil…
Le thème omniprésent est celui de la liberté d’être, de se dépasser…
Chacune de ces nouvelles est émouvante, de manière très différente. Le prix du rachat de soi-même est souvent très élevé, mais certaines âmes, qui ont gardé un fond de pureté, acceptent de le payer, quelles que soient les conséquences, aussi tragiques soient-elles pour elles-mêmes…

Son « Journal d’écriture », qui fait suite aux nouvelles, est un petit régal à ne pas négliger !

« L’âge nous rend libres. A vingt ans, nous sommes le produit de notre éducation mais à quarante ans, enfin, le résultat de nos choix -si nous en avons fait. Le jeune homme devient l’adulte qu’a voulu son enfance, tandis que l’homme mûr est l’enfant du jeune homme »…

« L’homme ne se change pas; il se corrige »…

« Les meilleurs livres sont ceux écrits à moitié par l’imagination du lecteur »…

Belle lecture à tous !

Concerto à la mémoire d'un ange Eric Emmanuel Schmitt

Editions Le Livre de Poche

Laisser un commentaire