« Indécence manifeste » de David Lagercrantz…

Je tiens tout d’abord à remercier Lecteurs.com qui m’a sélectionnée en tant qu’Explorateur de Polar 2016 et grâce à qui j’ai pu me plonger dans ces pages…

Note de l’éditeur

1954. Le corps sans vie d’Alan Turing est découvert à son domicile de Wilmslow. À côté de lui, sur la table de chevet, une pomme croquée imbibée de cyanure. On conclut rapidement au suicide, mais à mesure que l’inspecteur Leonard Corell, en charge de l’enquête, s’intéresse de plus près au passé du mathématicien, il commence à se douter que la vérité est bien plus complexe.

« L’indécence manifeste et perversion sexuelle » (entre hommes uniquement !) se trouve dans la section 11 du Criminal Law Amendment Act de 1885.
En 1895, Oscar Wilde en avait été une victime célèbre.
57 ans plus tard, c’était au tour d’Alan Turing (qui fût gracié à titre posthume par la Reine Elisabeth II en 2013).

Ce livre est un polar à part.
Un polar littéraire et historique ai-je envie de dire. Comme on en lit peu.
Dans la vraie vie, la mort de ce génie reste une énigme (suicide, accident… ???).

C’est une enquête tellement bien documentée qu’elle frise la biographie.
Et c’est bien en cela qu’elle est originale puisque c’est quoi qu’il en soit vraiment un roman !

Le livre est dense, mais si ce personnage aussi complexe qu’attachant vous passionne vous passerez assurément un bon moment.

A sa lecture, je me suis remémorée notre fort sympathique week-end à Manchester (à Sackville Gardens, Mon Brun s’était assis sur le banc à côté de sa sculpture) et le film « The imitation game » dans lequel Benedict Cumberbatch l’incarne à merveille.

Belle lecture à tous !

IMG_3682Editions Actes Sud

Lisez-le avec le Thé des Ecrivains anglais à portée de main…

Laisser un commentaire