« Je ne retrouve personne » de Arnaud Cathrine…

Deuxième plongée dans l’univers de Arnaud Cathrine après  » Nos vies romancées « .
Je dois avouer que j’apprécie particulièrement son style et l’écho qu’il engendre (chez moi).

Aurélien est amené à quitter Paris pour organiser la vente de la maison normande familiale dans laquelle il ne venait plus…

Tour à tour amer et joyeux dans sa mélancolie, l’homme s’extrait de l’écrivain pour laisser la place à sa vie.

« S’efforcer de ne penser à rien. Contempler la mer étale. Respirer l’air chargé d’iode. Sentir mes pas sur le sable et les couteaux de mer qui cassent. Juste ça »

« Lorsque je vivais ici, je détestais le dimanche et le lundi à part égale, promesses de rues vides, de commerces fermés. Aujourd’hui, après dix-sept ans de vie parisienne, je n’aime rien tant que ces parenthèses »

 » (…) ne pas fabriquer du passé. Seul dans cette maison, je laisse au contraire tout affleurer, sans prévoir encore les effets de ce reflux. On dirait qu’une digue intérieure a cédé »

« Je me suis ouvert une bouteille de (…), savourant cette anesthésie si particulière : l’ivresse dont on attend qu’elle bâillonne toute émotion susceptible de contrevenir à une bienheureuse (quoique temporaire) indifférence aux choses (on sait à quoi le plus souvent) »

« Moi je n’ai envie de rien, sinon de laisser les choses venir »

« La splendeur de l’imprévisible »

« (…) oui je ne suis qu’une sève curieuse; oui, j’ai le goût des chemins de traverse, des sentiers dépréciés (…) »

« A présent, je deviens sans jamais me perdre de vue »

« L’incarnation si ratée dont témoigne notre quotidien »

« On ne trouve pas la solitude, on la fait » (Marguerite Duras)

« Ici, il ne fait pas si gris qu’on le dit. Il « fait seul » mais je l’ai voulu »

« Paris a fini par dévoiler ses frontières. Ici en revanche, l’horizon ne déçoit pas »

« La vérité exige d’être formulée à bout portant. Alors elle tue. Le sachant, on tient en joue sans jamais tirer… Ou à blanc »

La nostalgie n’est-elle pas, dans son côté positif, le bonheur de retrouver finalement un certain passé pour mieux s’abandonner à autre chose ?

En ne retrouvant personne, il se retrouve.
Lui.

Un TRES BEAU livre, tout simplement.

Belle lecture à tous !

Je ne retrouve personne Arnaud Cathrine

Editions Verticales

Auteur : Céline Huet-Amchin

Blogueuse & Artiste voyageuse.
Jamais sans un livre, un thé, mes pinceaux, nos poilus et Mon Brun ! (dans le désordre)
Passion Asie, éléphants, pandas, licornes, dragons et lapin (d’Alice)

Laisser un commentaire