« La ligne bleue » de Ingrid Bétancourt…

(Lettre ouverte à Ingrid Bétancourt)

Cela fait plus de deux mois que vous m’accompagnez.

De l’Argentine, je ne connaissais finalement que très peu de choses.

Vous m’avez plongée au coeur de sa terrible Histoire, que j’ai trouvée aussi fascinante qu’horrible.

Parce qu’au-delà des personnages de votre roman qui sont très attachants, le génocide politique de votre pays est là, bel et bien présent, à chaque page.

Alors, tout au long de ma lecture, j’ai jonglé entre vos mots et Wikipedia.
Et une collègue-amie argentine a répondu à toutes les questions que je pouvais me poser sur cette période.
Cela m’a aidée « à supporter » (je n’ose pas dire « comprendre » -qui le pourrait ?!-) la description de certaines scènes.

Je ne veux faire ici aucun parallèle avec la captivité que vous avez subie et qui vous appartient.
Ce que vous avez eu « envie » de relater, vous en avez fait un texte émouvant.

Je ne sais pas comment on peut survivre à ce type de barbarie.
Mais je comprends certainement mieux désormais votre amour pour ce pays qui a connu, vécu la Douleur.

J’ai une compassion toute particulière pour le Cambodge depuis plusieurs années.
Je sais désormais que j’en aurai une pour l’Argentine, que je finirai par connaître (en vrai) un jour.

C’est un livre poignant, très fort, comme il en existe peu.
Il occupera une place de choix dans mon coeur, dans ma vie et dans ma bibliothèque.

IMG_6929.JPG

Editions Gallimard

Auteur : Céline Huet-Amchin

Blogueuse & Artiste voyageuse.
Jamais sans un livre, un thé, mes pinceaux, nos poilus et Mon Brun ! (dans le désordre)
Passion Asie, éléphants, pandas, licornes, dragons et lapin (d’Alice)

2 réflexions sur « « La ligne bleue » de Ingrid Bétancourt… »

  1. Je suis née en 1971 à Montevideo, j’ai donc connu la dictature d’en face, de l’autre côté de l’estuaire du Plata, celle de l’Uruguay. Ce livre m’a ramené mon enfance, faite de conscience politique, très tôt, d’histoires de famille, d’exil, de prison et de torture, de non-dits, mais aussi de beauté oui, beaucoup de beauté, malgré tout. Dans un premier temps, au fil des pages, j’ai senti un « déjà lu » ce livre m’a rappelé l’histoire d’Oriana Falacci racontée par Isabel Allende dans Un homme. Mais au de là de ça, j’ai eu envie d’arrêter la lecture, car les lieux, les noms, me ramenaient cette prime enfance et adolescence faisant resurgir des émotions. Le choix de nos émotions. Pourtant, j’ai continué à lire, et j’ai retrouvé malgré les passages forts, le plaisir des mots, et le sentiment que ce fut un trésor finalement cette enfance dans les années 70 au rio de la Plara, elle m’a appris que parfois il vaut mieux être traversé par la douleur, ne pas la retenir en nous, elle engendre la colère, la haine, non il vaut mieux être traversé par la douleur, quitte à y laisser sa peau.

Laisser un commentaire