Lorsque Paris rime avec Asie en pensées…

Tous les ans, c’est le sempiternel même exercice, banal et donc terriblement ennuyeux.
Faire preuve d’originalité n’est pas si facile.
Oser passer à côté est un délit.

Nous sommes donc le 1er janvier.
Toutes les bonnes résolutions prises ne seront jamais tenues, c’est le mois des traditionnelles hausses en tout genre qui feront semblant d’éveiller les gueules de bois dès demain et dont les médias se pourlècheront les babines jusqu’à trouver un autre sujet ô combien plus important (du moins momentanément).

Les branlettes de cerveaux finissent par épuiser, les dates fixes enrichissent ceux qui ont la chance de foutre le camp ailleurs, avoir une conversation intelligente avec quelqu’un est devenue une denrée rare, faire semblant est devenu la norme, l’élasticité globale est en fuite.

De ce triste tableau me vient des échos d’Asie…

« Le corps en lui-même est un arbre de l’Eveil
L’esprit est comme le support d’un clair miroir.
Appliquons-nous à l’essuyer régulièrement
Ne laissons pas la poussière y exister. »
(Chensui)

Mon esprit est resté là-bas, voici neuf mois de cela.
Ma main, souriante à cette pensée vivace, vous écrit donc d’ici : สวัสดีปีใหม่ !

Dans un autre langage, cela fait toujours beaucoup plus rêver…

 

 

 

1 pensée sur “Lorsque Paris rime avec Asie en pensées…”

Laisser un commentaire