« Parfums » de Philippe Claudel…

Prenez un mot, et couchez par écrit ce que vous ressentez à son évocation…
Tel pourrait être le résumé de ce livre, haut en odeurs et admirablement bien écrit !

Une lecture plaisir, qui donne envie de décrire ces parfums qui nous touchent tant…

Voici quelques jolies phrases relevées :

« Tenace, même dans son absence »

« Ambre solaire. On dirait le titre d’une poésie »

« Je leur prêterai cette odeur. Je suis enfin prêt. J’enfourche mon vélo. Je fonce. Le vent me renifle. J’ai 10 ans. Le présent est un cadeau somptueux »

« De grandes heures paisibles, et durant lesquelles la lecture et l’écriture atteignent un degré de délice qui s’accorde avec une forme fragile et miraculeuse de retour à la vie »

« Si le sentir est difficile, c’est en bouche qu’il se délivre. Le respirer le condamne, le goûter l’amnistie. Derrière ses allures de Quasimodo, de vilain canard ou de galeux, c’est un prince qui pour apparaître attend qu’on veuille bien l’apprécier. On se trompe si souvent, sur les fromages ou sur les êtres »

« Voyager, c’est se perdre, se défaire du connu pour renaître sans repères et laisser ses sens apprivoiser la terre »

« Aligner des noms, respirer leurs syllabes, c’est écrire le grand poème du monde et celui de ses profonds désirs »

« Chaque lettre a une odeur, chaque verbe un parfum, chaque mot diffuse dans la mémoire un lieu et ses effluves. Et ce texte qui peu à peu se tisse aux hasards conjugués de l’alphabet et de le remembrance, devient alors le fleuve merveilleux, mille fois ramifié et odorant, de notre vie rêvée, de notre vie vécue, de notre vie à venir, qui tour à tour nous emporte et nous dévoile »

Belle lecture à tous !

Parfums Philippe Claudel

Editions Stock

 

Laisser un commentaire