Douceur de vivre à la gersoise…

Pour cause d’Atelier fermé pendant deux semaines en août, j’ai pris la tangente (verte) et je suis descendue dans le Gers chez mes parents.
Loin de tout le monde, et surtout de Paris…

Au passage, les IDTGV proposent désormais la gamme de thés Columbus.
Le thé vert à la menthe est franchement pas mal (mais dans cette catégorie, il faut avouer que c’est plutôt facile ).

J’ai pu profiter d’une de mes nièces à qui j’ai appris l’aquarelle et à boire du bon thé, continuer mon carnet de voyage spécial Sud Ouest, bénéficier d’une escapade de trois  jours dans les Pyrénées; j’ai lu, chiné, je suis allée admirer des sculptures (Festival à Mourède), je me suis un peu occupée de mon blog et parfois, le soir, le ciel a accepté de jouer les artistes…
Le réveil était naturel, les p’tits plats préparés par ma Maman toujours aussi bons et j’ai pris le temps………………………de vivre, tout simplement !
Et Jayavarman aussi (enfin lui, c’est tous les jours… )

La reprise, c’était lundi.
Et bientôt de nouveau l’Asie !

De Gaston Gallimard à François-Miron…

Ce soir j’avais une nouvelle fois rendez-vous chez Gallimard (p’tite chanceuse que je suis ) pour rencontrer Ruta Sepetys grâce à Babelio suite à la parution en France de son livre « Le sel de nos larmes » .

Un début de soirée très intéressant donc.
Elle était avenante et pas du tout avare dans ses réponses.
J’aime décidément avoir la possibilité de discuter avec des auteurs étrangers. J’en oublierais presque que je suis en France, à Paris.

Il faisait tellement beau et bon lorsque j’en suis repartie que j’ai décidé comme souvent de faire un bout de chemin à pieds…

Une bien chouette balade entre la rue Gaston Gallimard et la rue François-Miron (où j’ai sauté dans le bus 96 pour rentrer à la maison) avec le soleil qui se couchait sur la Seine toujours en (dé)crue !