« L’allée du sycomore » de John Grisham…

A la fin des années 80, un riche terrien (blanc) du Mississippi atteint d’un cancer se suicide en déshéritant ses enfants et ses petits-enfants au profit de sa femme de ménage (noire).
L’avocat Jack Brigance est chargé de la succession.
Que révèlera l’inévitable conflit juridique ?

Cela faisait bien longtemps que j’avais lu John Grisham.
762 pages d’histoire toujours aussi bien maîtrisée, ficelée, aussi efficace sur fond de tensions familiale, raciale et de rédemption.
J’ai passé un très bon moment !

Editions Le Livre de Poche

NDLR 1. Merci à Anita (qui se reconnaîtra) d’en avoir si bien parlé à notre dernier Club de Lecture et qui a eu la gentillesse de m’offrir le livre.

NDRL 2. « L’allée du sycomore » fait suite au « Droit de tuer », mais les deux histoires peuvent se lire indépendamment l’une de l’autre.

« Lorsque j’étais une oeuvre d’art » de Eric-Emmanuel Schmitt…

Au nom de l’Art, un homme peut-il devenir une oeuvre et donc un objet au gré d’un créateur pervers sans aucun scrupule ?
Telle est la question que pose Eric-Emmanuel Schmitt dans ce livre au sujet assez dérangeant je dois l’avouer mais que j’ai particulièrement apprécié…

Belle lecture à tous !

20140409-113736.jpg

Editions Le Livre de Poche

« Passagère du silence » de Fabienne Verdier…

Commencé dans l’avion qui m’a portée jusqu’à Bangkok, il m’a accompagnée durant un mois en Asie et au Cambodge.
Sa lecture s’est achevée ce jour à Paris.

Parce que, quoi qu’il en soit, il faut bien y mettre un terme, un jour.

Ce temps anormalement long trouve deux explications : ce livre m’a tellement plu que j’ai fait exprès de le dévorer lentement; ce livre renferme de telles pépites philosophiques, artistiques, taoïstes, bouddhistes et autres que le laisser infuser à ce point m’a été nécessaire.

Et je sais qu’il m’habitera pendant longtemps.

Récit d’une histoire vraie, il n’en a que plus d’échos.
Cette Femme-Artiste déterminée est allée bien au-delà de ce qu’elle recherchait, parfois au mépris de sa santé, toujours jusqu’au moindre bout de poil de son pinceau.
Non seulement cela force le respect, mais encore cela peut provoquer le sentiment envahissant de suivre sa propre voie, quel qu’en soit le trait…

Fabienne Verdier, si un jour le hasard veut que vous me lisiez ici, MERCI !

20140209-103742.jpg

20140209-103754.jpg

20140209-103804.jpg

« Je suis de ces quelques derniers peintres à croire encore avec ferveur à la transmission des puissances de l’esprit en un coup de pinceau »

Editions Le Livre de Poche

« Les Catilinaires » d’Amélie Nothomb…

Une des oeuvres littéraires les plus sadiquement noires d’Amélie Nothomb, mais non sans un certain humour dévastateur, toujours aussi jouissif d’ailleurs il faut l’avouer…

NDLR. Catilinaire : discours véhément contre quelqu’un, satire très vive.

Sur ce, belle lecture à tous !

Les Catilinaires Amélie Nothomb

Editions Le Livre de Poche

« Mercure » d’Amélie Nothomb…

Peut-on être qualifié « d’être normal » quand on se délecte à ce point des livres d’Amélie ?

Humour ravageur (toujours), amour passionné indissociable de la perversité, écriture aux petits oignons… le tout dans une atmosphère de roman policier à deux fins (cette fille est GE NIA LE !) qui nous rend totalement dingo…

C’est grave Docteur ?

Belle lecture à tous !

20130802-133919.jpg

Editions Le Livre de Poche