Umami Matcha Café

Au 22 rue Béranger à Paris (non loin de République) se trouve LE temple du matcha dans toutes ses folies !
Froid, chaud, tradionnel, au lait, au caramel, au chocolat et j’en passe…

Si je n’ai rien eu à dire sur l’accueil, la qualité de ce que j’ai dégusté et le service (j’ai juste eu à réclamer les serviettes), j’avoue que le brouhaha ambiant n’a pas été évident pour discuter entre amies.

Belle dégustation à tous !

Box « Odoroki » d’Envouthé

Une spécial Japon, ENFIN !
Cette box était, je pense, très attendue par la communauté Envouthé.

Elle est très esthétique et nous avons eu le plaisir de trouver à l’intérieur une petite cuillère Tokyo Design Studio en cadeau.

Quant au contenu :

« Suprême Matcha Green » de Pukka Herbs…
Pour peu que l’on respecte le temps d’infusion, un thé vert au matcha en sachet très doux en bouche, idéal pour les débutants de la poudre de thé.
Je l’aime un peu plus marqué en bouche mais j’ai pris du plaisir à le boire le matin.

IMG_3751

« Matcha Latte » de Nishikidori…
Bon alors ça, désolée mais ça ne m’a pas retournée.
Cet effet de mode me laisse très perplexe.

« Nashi Nashi » d’Envouthé…
TRES TRES belle nouvelle création !!!
Un thé vert à la poire et à la fleur de lys.
Une explosion fruitée en bouche.
Un must have!

IMG_3754

« Momo » de Tamayura…
Un thé vert à la pêche qui j’ai particulièrement apprécié froid !
Une fort jolie dégustation.
Idéal l’après-midi à mon avis.

IMG_3755

« Sencha OP Fuji » de Collection T…
Un thé vert végétal et bien iodé de belle qualité.
Je l’ai apprécié également le matin.

« Genmaicha » de La Route des Comptoirs…
Je suis une FAN de thé vert au riz grillé et maïs soufflé.
J’adore en boire en mangeant asiatique (voir mes précédents articles sur le sujet).
Celui-ci s’est révélé plutôt intéressant. Mieux en tout cas que les autres thés dégustés de cette maison qui a du mal à me convaincre.
Je l’ai testé en mangeant japonais un midi au bureau.

image

Une des p’tites boîtes à thème les plus réussies.

Belles dégustations à tous !

Matcha Time

Bon, je ne vais pas vous mentir !
Pour arriver à cette beauté visuelle, je dois l’avouer, j’ai un peu galéré…

Parce que s’il faut touiller comme il se doit le matcha pour lui donner cette fameuse mousse, il faut le faire tout en délicatesse.
C’est bien là le secret…
Et ça, franchement, ce n’est pas facile.

Pour réussir à s’auto-féliciter, il faut du TRES bon matcha (ici, celui de chez Jugetsudo), le matériel adéquat (là, celui de la boutique Chakaî Club) et surtout, le principal, être ni stressé(e), ni énervé(e) et bien réveillé(e)…

Mon procédé après plusieurs tentatives ?
– 2 grammes environ de poudre de matcha (tamisée) sur le Chasaku posés délicatement au fond du Chawan
– verser quelques gouttes d’eau froide afin d’obtenir une espèce de pâte
– versez de l’eau chaude (7-8 cl environ, pas plus)
– battre avec le Chasen (en faisant le fameux 8 ) jusqu’à obtenir THE belle écume (sans toucher le fond du bol idéalement !)

Essayez, et nous en reparlons…

NDLR. Le matcha a des vertus formidables pour la santé (antioxydants, détox, boosteur d’énergie…)

Genmaicha !

Bon, il est grand temps que je vous parle d’un des mes thés phares : le Genmaicha…

La première fois que j’en ai goûté, j’ai étrangement détesté.
A l’époque, je ne courais pas les belles maisons de thé.

Mais un peu d’Histoire avant tout…

« Le genmaicha (玄米茶?littéralement « thé de riz brun ») est un thé vert japonais mélangé à des grains de riz grillés. Certains grains de riz grillés peuvent éclater et ressembler à du pop-corn. C’est la raison pour laquelle le genmaicha est parfois appelé familièrement « thé pop-corn ». Ce thé était à l’origine bu par les Japonais pauvres, le riz servant à diminuer la part de thé dans le mélange et à en réduire le prix ; aujourd’hui, il est bu à tous les échelons de la société. Ce thé à une teinte jaune clair. Son goût est doux et agréable, combinant le goût d’herbe fraîche du thé vert avec la saveur de noisette du riz soufflé.
Le genmaicha est également vendu avec du matcha (thé vert en poudre) ajouté à celui-ci. Ce produit est appelé matcha-iri genmaicza (littéralement genmaicha avec du thé en poudre). Le matcha-iri genmaicha a un goût similaire au genmaicha mais sa saveur est souvent plus forte et sa couleur plus verte. » (Wikipedia)

J’ai ai dégusté plusieurs, j’en ai encore à découvrir étant donné le nombre de marques de thé qui fleurissent, mais je vous livre ici mes préférés à ce jour :

– pour le bureau façon facile : celui de la Brûlerie Caron me plaît beaucoup ! Vous le trouverez sur le site A l’unithé

– lorsque le temps me permet d’infuser tranquillement, deux ont toutes mes faveurs : celui de Lupicia (Matcha-Genmaicha Kaïmon) et celui de Tamayura (Gemnaicha avec matcha) découvert dans La Thé Box « Hokusai »

J’aime particulièrement le boire en mangeant japonais ou thaïlandais. Mais j’en suis devenue tellement addicte que désormais j’en demande de plus en plus souvent lorsque nous dînons dehors, allant même jusqu’à en devenir infidèle à de très bons crus bourguignons (le restaurant Le Camélia au Mandarin Oriental Paris en propose un succulent ! -promis, je leur redemande le nom de la maison en question la prochaine fois que j’y vais et qui m’échappe complètement ce soir-).

Et vous, quels sont vos chouchous en la matière ?

Ma première découverte de la Cérémonie du Thé…

Amatrice de très bons thés et amoureuse de l’Asie, je souhaitais vivement découvrir les codes de cette cérémonie ancestrale.
J’ai pu réaliser ce rêve aujourd’hui, à La Maison de la Culture du Japon à Paris.

photo 1

Un peu d’Histoire…
Au XIIe siècle,
au-delà d’être considéré comme un remède et comme une propagation de la « zénitude », le thé stimulait la méditation des moines.
A la fin du XVe, Shukô (prêtre zen) comprit très vite que le thé impliquait plus qu’un simple rituel à l’élégance raffinée.
Puis vint Sen Rikyû, disciple de Jô-ô, et la « Voie du Thé » telle que nous la connaissons aujourd’hui, tout en harmonie, respect, pureté et sérénité (idéaux définis comme les plus élevés).

photo 1-2

Source photo : internet

Contrairement à la « Cup of Tea » quotidienne des anglais (que je pratique assidûment), la Cérémonie du Thé au Japon est quelque chose d’exceptionnel, en rapport avec le temps, la saison, la Nature.
Elle est silencieusement rythmée par la manipulation des ustensiles utilisés, le tissu des kimono, les salutations, les petits pas en chaussettes blanches et les portes coulissantes.
Celle-ci a toujours lieu après un repas.
Le tout dure environ 4h.

C’est une véritable manière de vivre, à la gestuelle très codifiée, où le moindre détail a un sens qui lui est propre (enlever la poussière, nettoyer, préparer…)

photo 3

Source photo : internet

Tout d’abord, l’hôte et son (ses) invité(e)(s)…
Il faut accorder à chacun d’eux la plus grande attention. Ainsi, en agissant de concert, l’hôte et l’invité ne font plus qu’un.

photo 2

Source photo : internet

Le lieu ensuite…
La Cérémonie doit se dérouler dans un Pavillon du Thé (à savoir que tous les japonais n’en possèdent pas un. D’où le fait que nombre d’entre eux se sont créés et installés dans des jardins « publics » -notamment à Kyoto- afin que tout un chacun puisse y participer).
La calligraphie accompagnée d’éléments végétaux indiquent le thème de la Cérémonie, suivant la saison, l’inspiration.

20140402-210758.jpg

Photo © Site internet La Maison de la Culture du Japon à Paris

Les objets enfin…
Il y en a très peu.
A côté ou face à la bouilloire en métal posée sur du charbon de bois se trouvent une boîte avec de la poudre de thé vert, une cuillère à thé, une cuillère pour l’eau, un fouet, un bol.
Des gâteaux se trouvent devant les invités (ceux-ci seront mangés avant de boire les trois/quatre gorgées du bol de thé).
L’hôte et l'(es) invité(e)(s) sont revêtus du costume traditionnel japonais : le kimono.

photo 4

Source photo : internet

photo 1Source photo : internet

Le thé est préparé et servi.
Les objets seront remis à leur place initiale une fois tout le cérémonial effectué.
Celui qui prépare ne mange pas, ne boit pas.
L’invité peut observer les ustensiles mais dans ce cas en l’absence de celui qui offre.

photo-8

Source photo : internet

photo 5

Source photo : internet

Cette Cérémonie doit apaiser la soif du corps mais également celle de l’esprit.
Un de ses buts ultimes est de se couper de ses soucis.

Longue pratique d’apprentissage, celle-ci peut être choisie à l’Ecole par les élèves désireux de l’apprendre.
Une formation est également possible par la suite auprès d’un Grand Maître Japonais de la Cérémonie du Thé.

A vivre, c’est une expérience hors du commun, bien loin de toutes turbulences, riche en enseignement, tout en retenue et délicatesse.
L’attitude esthétique pratiquée est d’une beauté rare.

« ichigo ichie » comme dirait les japonais : « une fois, une rencontre ».
A jamais unique donc, malgré le respect de codifications anciennes.

A VIVRE !

Je vous conseille vivement la lecture de ce livre que je me suis offert sur place et que j’ai dévoré en 1h une fois rentrée chez moi. Il reprend la cérémonie point par point.

photo 2

« Ce n’est plus du sang qui coule dans nos veines… C’est du thé » (Soshitsu Sen)

NDLR. Les photos étaient interdites lors de la Cérémonie.