« Taking sides »

Le film traite du plus triste épisode de la vie d’un chef d’orchestre de génie : à la fin de la seconde guerre modiale, Wilhelm Furtwängler a été accusé d’avoir été proche des nazis.

De manière plus générale, le sujet abordé est la « dénazification des Artistes » allemands.
Le terme est des plus horribles.

Les faits sont là : oui Wilhelm Furtwängler a continué d’exercer son Art en Allemagne pendant la période trouble, mais il a toujours refusé de faire par exemple le salut nazi et il a sauvé bon nombre de juifs.

Un interrogatoire dirigé par un américain qui flirte avec le comportement (décrié) qu’avait la Gestapo, dont l’associé est un juif et la secrétaire la fille d’un héros allemand exemplaire (à partir du moment où il a compris que les nazis perdraient la guerre)…
Un huis clos dérangeant, d’une intelligence remarquable par les questions posées (l’Art et la politique sur fond de guerre).

20140506-005319.jpg

Laisser un commentaire