Un nouveau rêve réalisé : la Baie d’Halong !

La Baie se mérite en venant d’Hanoi !
Un seul grand axe y mène (la nationale 5). Il y a donc du monde et l’on met presque 4h pour faire 180 km.
Bon d’accord, pour être tout à fait honnête il y a eu deux stops sur le trajet (dans un Centre d’Aide au Travail pour y trouver de l’artisanat local et dans une ferme perlière qui nous a permis de voir tout le processus de fabrication fort intéressant des perles) et surtout les vietnamiens, qui ne souffrent plus de l’embargo depuis 1994, apprennent (tranquillement) à conduire.

Une fois à l’embarcadère, un bateau de pêcheur nous a emmené jusqu’à notre jonque traditionnelle privée. Il était en effet hors de question pour nous de monter à bord d’un énorme bateau de croisière « en plastique blanc » blindé de personnes qui naviguent en groupes.

Et à partir de là, le spectacle de la huitième merveille du monde a pu commencer !

La Baie fait 1 153 km².
Pour la visiter entièrement, il faut au moins un mois.

Hạ Long en vietnamien signifie « descente du dragon ».
En effet, la légende raconte que le paysage exceptionnel est dû à un dragon, être merveilleux et bénéfique au Viêt Nam, qui serait descendu dans la mer pour domestiquer les courants marins. Se débattant, il aurait ainsi entaillé la montagne avec sa queue. Et comme le niveau de l’eau serait monté, seuls les sommets les plus élevés auraient émergé.

Je ne l’aurai vue ni bleue ni ensoleillée et c’est parfait !
J’ai pu l’admirer telle que je l’imaginais : brumeuse, paisible, mystérieuse de beauté à souhait, en dehors des sentiers battus donc non polluée de touristes grâce à Far Eastour, agence que je recommande vivement et dont mon contact privilégié et adorable a été Madame Mme Julia Nguyen (Nguyen Ngoc Dung).

Dans les surprises insoupçonnées : des petits temples croisés parfois qui assurent la protection de la Baie, des aigles, des aboiements de chiens dans les villages flottants des pêcheurs que l’on ne s’attend forcément pas à trouver là…

J’ai adoré manger ce que le Golfe du Tonkin nous offrait, pêcher après le dîner avec l’équipage, regarder les locaux s’affairer au lever du soleil et tenter de photographier les petites libellules qui se donnaient en spectacle…

Ici le temps semble suspendu.
Il s’écoule avec une délicatesse des plus asiatiques.
Et le mot contemplation prend tout son sens.

Jouer aux échecs sur tablette avec notre guide francophone en nocturne et au « maillon faible » (les joueurs choisissent une lettre de l’alphabet, doivent trouver des mots commençant par celle choisie et en cas d’échec, une chanson doit résonner dans la baie ou un cheveu doit être arraché) restera comme un souvenir sympathique où nos rires auraient pu réveiller le dragon…

C’est sur l’Ile de Cat Ba que nous avons achevé notre petite croisière. De là, boat express jusqu’à Hai Phong puis retour à Hanoi en voiture.

Voilà ce que furent nos deux journées et notre nuit dans ce lieu magique et assurément à part.

Seul petit bémol de cet écrin naturel : le nombre de déchets en tout genre que l’on voit parfois.
Quelle tristesse !
Ce n’est pas que la faute aux touristes. La population locale est à sensibiliser si la Baie veut garder son classement au Patrimoine Mondial de l’Unesco…

Laisser un commentaire